Rentrée d’automne: quoi voir en danse

Les amateurs de danse auront une nouvelle fois l’occasion de voir plusieurs pièces dans la métropole cet automne. On en a sélectionné quelques unes.

Danse mutante

  • De Mélanie Demers
  • Du 17 au 21 septembre, à l’Agora de la danse (Édifice Wilder)

Résumé:

« Tour du monde en quatre créations sur trois continents, Danse Mutante boucle sa boucle à Montréal, porté par Francis Ducharme et Riley Sims. »

Casualties of Memory + O Balcão de Amor + Soul

  • De Itzik Galili et Andonis Foniadakis (Ballets Jazz de Montréal)
  • Du 2 au 5 octobre au Théâtre Maisonneuve

Résumé:

« Les BJM parcourent le monde avec un répertoire qui met en valeur leur style athlétique alliant ballet et danse contemporaine. Dans ce triptyque, le chorégraphe Itzik Galili propose O Balcão de Amor, une pièce imprégnée de chaleur caribéenne et d’humour, pulsée par un élan de jeunesse et de douces folies, et Casualties of Memory, une œuvre extrêmement physique qui célèbre la vie au rythme de darboukas et de percussions. Pour sa troisième collaboration avec les BJM, Andonis Foniadakis présente Soul, un duo vertigineux inspiré de la chanson Ball and Chain, popularisée par Janis Joplin et reprise ici par la Québécoise Angel Forrest. »

Carmina Burana et Stabat Mater,

  • Grands Ballets Canadiens
  • Du 3 au 19 octobre, à la salle Wilfrid-Pelletier

Borderlines

  • De Taoufiq Izeddiou
  • 10 au 13 octobre au M.A.I.

Résumé:

« Les questions sur les migrants et les frontières alimentent des débats autour du monde. Conçu pour cinq jeunes danseurs de Marrakech, cette œuvre met les postes de contrôle sous la loupe, ces barrières visibles autant que celles s’érigeant à l’intérieur de soi. »

Fa’addebhou li (dresse-le pour moi)

  • De Nancy Naous
  • 18 au 19 octobre au M.A.I.

Résumé:

« Fa’addebhou li (« Dresse-le pour moi ») est l’imploration de parents dont le fils ne suit pas assez le bon chemin – celui des traditions et attentes patriarcales. La chorégraphe Nancy Naous fait résonner l’insoutenable construction du corps masculin dans les sociétés arabes, dans le quotidien des familles et des fratries. Elle met en scène deux corps d’hommes (Nadim Bahsoun, Alexandre Paulikevitch) pris dans un carcan d’héritages et de contradictions. »

Animals of Distinction \ Frontera –

  • De Dana Gingras
  • Du 4 au 7 décembre à la Place des Arts

Résumé:

« Entourée des musiciens de Fly Pan Am et du collectif britannique UVA (United Visual Artists), la chorégraphe Dana Gingras imagine FRONTERA, un nouvel opus extra-large qui repousse les limites des arts de la scène. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.