La porcelaine de Chine de Marie-Léontine Tsibinda

Aux Éditions Interligne, la Congolaise d’origine Marie-Léontine Tsibinda a publié une splendide pièce de théâtre, La porcelaine de Chine, sur l’amour et surtout le pardon.

PrintLe décor de cette pièce se situe dans un Congo-Brazzaville qui souffre d’une guerre entre rebelles, miliciens, bref armées de différentes factions et…ethnies! Les motivations de cette guerre ne sont pas importantes. Seule, la déchirure qu’elle crée a un écho auprès de l’auteure, «première poétesse congolaise».

Quelque part au Congo donc, sans aucun doute dans un de ces quartiers multidémographiques de Brazzaville, dans une villa, Bissy, Bazey et Maya sont les protagonistes d’une vie affectée durement par la guerre.

Bissy n’arrive pas a pardonné à sa femme Bazey, un geste qu’elle aurait commise. Il y a un homme dans cette histoire. Un général. Mais là s’arrêtent les certitudes.

Qui a vraiment fait quoi ? Marie-Léontine Tsibinda le raconte avec beaucoup de sensibilité et de pudeur dans sa pièce en 15 scènes. Entre ces deux personnages principaux, un autre, atypique. Maya est la bonne à tout faire. C’est aussi une diplômée de l’université que la guerre a touchée.

L’humour a également une place prépondérante dans ce récit qui aurait pu se passer dans plusieurs des villes du continent.

«Bazey, journaliste forcée de fermer son journal Femmes et Libertés par un général véreux et violent, est attristée par la mauvaise foi, les beuveries et les infidélités de son mari. Aussi s’acharne-t-elle sur sa bonne, Maya. Puis, résolue à dénoncer le barbarisme militaire, elle part affronter le général Makaku Mankey. Bissy a des remords. Saura-t-il réparer les pots cassés ? Le couple subira-t-il la torture ? Cette histoire se terminera-t-elle dans un bain de sang ?»

Née à Girard, dans le Kouilou, Marie-Léontine Tsibinda a été comédienne dans des troupes, dont celle du Rocado Zulu (troupe indépendante). Elle a été lauréate du prix UNESCO-Aschberg pour sa nouvelle Les pagnes mouillés en 1996. On lui doit également Les hirondelles de mer et la pièce La Grande Brassée, écrite en collaboration et publiée en 2011.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.