Kalmunity, l’art de l’improvisation

0

Dans la série, Le jazz de Touki Montréal, découvrez la critique du concert de Kalmunity au Festival international de jazz de Montréal ce dimanche 6 juillet, en extérieur.

Julie Turgeon

touki montréal-kalmunity au festival  jazz
Kalmunity en communion avec le public - Credit photo : Marie-Espérance Cerda - Touki Montréal

D’un naturel fou, ils sont montés sur une scène du FIJM pour la première fois dimanche soir. Une dizaine de musiciens et chanteurs du collectif Kalmunity, qui compte plus de 80 membres, ont livré un happening musical ardent.

Et comment ! La formule intrinsèque du Kalmunity Vibe Collective, c’est 100% improvisation ; un mélange original de chants, rap et poésie ; de la percussion, de la guitare, de la batterie, du piano ; et la foi en ce pouvoir de la musique de rapprocher les gens. D’ailleurs, chaque fois qu’ils ont scandés « On représente Montréal », les musiciens ont reçu une vague d’applaudissements d’une foule enflammée de joie.

touki montréal-kalmunity au festival  jazz
Malika, bientôt maman - Credit photo : Marie-Espérance Cerda - Touki Montréal

Le plaisir du public, c’était aussi d’assister à un spectacle qui se fabriquait à chaque instant. Au fil de l’heure, pendant qu’un musicien s’adonnait à un solo, les autres se faisaient un caucus à l’arrière-scène. Et ainsi, ils enchaînaient la chanson suivante ; et à notre grande surprise, l’invention musicale du moment, se fusionnait et coulait comme si c’était déjà prévu.  Nous assistions en direct à un acte de création d’une bande de musiciens désinvoltes qui se lançaient la balle.

touki montréal-kalmunity au festival  jazz
Fredy V. (Blanc) en concertation - Credit photo : Marie-Espérance Cerda - Touki Montréal

Quand la chanteuse Malika, enceinte de huit mois et tout à fait resplendissante, a pris le micro, ses patinages vocaux, ses Ba pap bou pa palaba… rappelaient ceux des rythmes néo-soul d’Erykah Badu.  Puis cela a été le tour du slam du poète Fabrice Koffy. « Le blanc, le noir. Dans le jardin de l’être humain. L’homme récolte ce qu’il sème. Mais parfois il ne s’aime plus. Faute de mauvaise graine. » Il a reçu une ovation de la part des centaines de spectateurs qui, brandissant leurs mains, avaient l’air de lui dire bravo.

Le collectif ne prétend pas vouloir changer le monde. Kalmunity c’est le retour aux sources, la conscience d’autrui. «Nous ne sommes pas du top 40 ! Notre musique vient du cœur. C’est un effet de famille ; c’est comme ça qu’on vit tous les jours », a lancé le chanteur Fredy V.

Mardi prochain, ils seront à nouveau présents au Sablo Kafé, leur lieu de naissance, là où depuis 6 ans, ils chantent, dansent et improvisent.

A lire aussi :

Entrevue avec Kalmunity Vibe collective

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.