Ô Houria, de Souad Massi

Ô Houria, le quatrième album de la chanteuse algérienne Souad Massi, plus francophone, est sur les tablettes depuis quelques semaines.

Cinq années ont passé depuis le dernier album de Souad Massi, Mesk Elil. Pour ce nouvel opus studio, la chanteuse originaire d’Anger voulait faire un album en français, pour remercier ses fans qui ne parlent pas arabe.

Pour s’assurer d’y parvenir, la jeune femme à la voix sensuelle s’est entourée de Michel Françoise et de Francis Cabrel à la production. On sent bien la signature du compositeur de Petite Marie tout au long de Ô Houria. Il accompagne d’ailleurs Souad à la voix sur quelques chansons (Tout reste à faire, Un sourire, Tout ce que j’aime). La musique, dans laquelle la guitare est prédominante, fait aussi penser à harmonies de Cabrel.

Néanmoins, Souad possède son propre style. Sa voix, grave et douce, berce les oreilles. Toute sa musique est teintée de ses origines arabes, et ses envolées vocales aussi (Ô Houria,  Nacera).

Ô Houria rassemble onze titres, en arabe, en anglais et en français. D’une belle poésie, on se laisse facilement par la voix envoûtante de Souad, même quand elle se fâche (Stop pissing me off).

D’abord connue en Algérie, Souad fait son entrée en France en 1999, alors qu’elle est invitée à Paris au festival «Femmes d’Algérie». Elle fait plusieurs concerts un peu partout en France depuis ce temps, et une première entrée studio en français, grâce à Ô Houria.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE