Qui dit Festival de Jazz, dit Ben l’Oncle Soul

Un an après la sortie de son premier album, Ben l’Oncle Soul persiste et signe à Montréal. Le soulman Frenchy s’était illustré pour la première fois dans la métropole lors des Francopholies en 2010. Il est passé au Club Soda en mars dernier et se retrouve maintenant projeté sur la scène du Festival Jazz.

Samedi dernier, le Festival international de Jazz de Montréal entame son concert d’ouverture. C’est au son de ses premières notes : « J’ai pas le regard de Spike Lee, j’ai pas le génie de De Vinci, j’ai pas ces choses là (…) moi je ne suis qu’un soulman» que Ben l’Oncle Soul donne le ton de la soirée. Chapeau vintage, lunettes Club Master, nœud papillon rouge assorti au pantalon en velours côtelé. Le public est averti, le concert sera soul et old school.

Ben enchaîne sur la chanson « Petite Sœur » tout en chauffant le public en douceur. « Êtes-vous prêts à chanter ou à danser », clame t-il. Chaque chanson est entrecoupée de session jam où les solos de saxophone et de piano s’en donnent à cœur joie.

Les mélomanes peuvent planer tandis que ceux qui ont la bougeotte sont servis avec les chorégraphies parfaitement coordonnées de Ben et de ses choristes.

L’esprit Motown règne, des cuivres aux cordes, du piano jusqu’aux claquements des doigts de Ben. Les vibes sont judicieusement placées et sa voix semble infatigable.

Le concert continu et c’est au tour de la chanson « Come Home ». Une interlude vibes s’improvise avec le public qui s’enchaîne avec un claquement de doigts collectif. Avec des dizaines de milliers de personnes réunis autour de la scène Rio Tinto Alcan, c’est impressionnant.

Il s’en suit une session jam où peu à peu les musiciens, les choristes et Ben se réunissent et tapent des mains afin de rythmer le solo de piano. Ben n’oublie pas sa fameuse reprise des White Stripes avec « Seven Nation Army ». Il offre une version revisitée beaucoup plus lente et lascive, qui se mêle aux sons jazz et soul de ses musiciens.

Samedi 25 juin représentait aussi les 2 ans de la mort de Mickael Jackson. Ben a rendu hommage à tous ces artistes défunts qui ont marqué ses influences soul : Bob Marley, Marvin Gaye, Curtis Mayfield, etc.

Et c’est avec la chanson « I Got A Woman » de Ray Charles que Ben l’Oncle Soul rend hommage à l’époque Motown et au King de la Pop. Il persiste dans le répertoire de Ray Charles et fera son rappel avec la chanson Mess Around.

Ben a fait du chemin depuis 2006 lorsqu’il se faisait encore appeler Oncle Ben. Ce natif de Tours en France a su traverser un océan et conquérir le public québécois. Seul conseil pour l’avenir : éviter de faire exactement les mêmes blagues que deux mois auparavant au Club Soda ! Comme dirait Ben l’Oncle Soul : peace, love and soul.

Quelques photos de la soirée :

no images were found

Photo : Denis Alix, Courtoisie : Festival de Jazz

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.