« Terrestrial »: où les Corps déracinés font face aux regards

Le chorégraphe Jumatatu M. Poe a présenté, pour la première fois à Montréal, son oeuvre interdisciplinaires Terrestrial, dans le cadre de l’événement Black.Art.Empowerment qui se déroulait au mois d’avril. C’est une expérience sensorielle qui interpelle les spectateurs, participant à leur insu à cette composition.

Avant d’entrer dans la petite salle de spectacle du Montréal, arts interculturels (M.A.I), une hôtesse invitait les volontaires à un échauffement artistique en expliquant le concept de cette manifestation. Le public était formellement convié à intégrer cette oeuvre, plus proche que jamais des artistes de cette soirée particulière.

Jumatatu M. Poe, « Terrestrial ». Credit: Scott Shaw

Une fois la porte franchie, les participants entraient alors dans un autre monde, presque céleste, où le sol drapé de blanc parsemé de cônes de sable bleus et fluorescents donnait une atmosphère spatiale, hors du temps.

Trois corps déambulaient dans l’espace cloisonné, emballés dans des bâches de plastiques transparentes. Complètement nus, et pourtant pas si vulnérables, ils se mouvaient, vibraient, chantaient, se taisaient et criaient leur désespoir. Ces plastiques par moment les protégeaient, s’expriment par leur froissement, et d’autres temps les étouffent sous une chaleur presque insoutenable.

La proximité avec l’audience était parfois déconcertante. Placé tout autour de la scène, comme forcée à contribuer à ces mouvements tellement proches et désinhibés, l’auditoire avait le choix de pouvoir sortir tout au long de la prestation qui dure trois heures.

Le silence avait autant d’impact que le bruit: parfois provoqués par les danses en transe des protagonistes principaux, ou imposés par des séquences de voix mixées de chanteuses à grandes voix noires, qui extériorisent leurs états d’âme par des vocalises assourdissantes.

La lecture de cette oeuvre peut avoir plusieurs traits, selon la sensibilité de chacun. Le créateur de ce laboratoire artistique, Jumatatu M. Poe, lance un sujet d’étude sur le rapport au corps, spécifiquement noir, s’attachant à sa terre, ses racines, ses origines. Et ainsi, les témoins peuvent observer ses réactions face à l’oppression, la détresse, l’absence d’empathie…

Jumatatu M. Poe est chorégraphe, artiste de la scène et éducateur. Il partage sa vie entre Philadelphie et New York. Il s’interroge notamment sur la façon d’être une créature qui navigue entre résistance et ravissement.

Terrestrial de Jumatatu M. Poe (Philadelphie / New York), avec Samantha Speis et Rodrigo Jerônimo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.