Les monologues voilés lèvent le voile sur la sexualité des musulmanes

La Cinquième salle de la Place-des-Arts accueille pour quelques représentations, entre le 6 et le 15 décembre, l’œuvre de l’actrice, auteure et metteuse en scène néerlandaise Adelheid Roosen, Les monologues voilés.

Jamila Drissi, Morgiane El Boubsi, Hoonaz Ghojallu et Hassiba Halabi plongent le public dans l’univers de 74 femmes musulmanes de la première et de la deuxième génération, âgées de 17 à 85 ans, et issues de l’immigration marocaine, algérienne, turque, égyptienne, somalienne, Iranienne et Irakienne toutes interviewées par l’auteur elle-même.

S’inspirant de la pièce Monologues du vagin (Eve Ensler, 1996), Les monologues voilés a été présentée pour la première fois à Amsterdam en décembre 2003, puis Berlin, New York, Ankara, Boston, Bruxelles, Paris et finalement Montréal.

« Il y a toujours quatre personnes présentes dans tout dialogue. Il y a vous, il y a moi, il y a la personne que je fais de vous et la personne que vous faites de moi » a dit, un jour,
une Malienne à l’auteure

A. Roosen.

En seulement 1 h 30, le spectateur découvre une sensualité ignorée, une sexualité insoupçonnée et pleine de volupté.

Des blessures, il y en a.

Certaines sont connues comme l’excision ou le mariage forcé. Et d’autres le sont moins et sont sans doute plus profondes.

Adelheid Roosen soigne toutefois sa mise en scène et évite le misérabilisme, notamment avec cette distribution si rafraîchissante et pleine d’énergie. Hassiba Halabi apporte avec sa musique et ses chants une saveur orientale, un dépaysement et une lueur d’espoir.

Les monologues voilés n’est pas destiné à une catégorie particulière. Les hommes comme les femmes, les Orientaux comme les Occidentaux et les jeunes comme les plus vieux apprécieront ce moment. Tous, sans aucune exception, apprendront de ce «spectacle-reportage». Tous les a priori s’évaporeront devant ces différents portraits de femmes.

Avec ce texte et cette mise en scène, Adelheid Roosen, professeure à l’École de Théâtre d’Amsterdam depuis 1986, ouvre les portes d’un monde enveloppé dans un mythe. Les monologues voilés sont sans contexte le spectacle à découvrir en cette fin d’année.

Après avoir été interprète dans la version hollandaise des Monologues du vagin, en 2003, Adelheid Roosen créé la pièce Les monologues voilés qui connaît un immense succès au théâtre, mais aussi à la télévision, lors de sa diffusion sur une chaîne nationale des Pays-Bas.

Pour en savoir plus :

– Le site officiel

– La page Facebook

– La bande annonce

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE