Zoom sur le nouvel album de Rachid Taha

Après Bonjour, puis Voilà voilà le Best Of, Rachid Taha lance le neuvième album de sa carrière, Zoom. Le chanteur algérien aura tenu son public en haleine. Fort attendu, l’opus de onze titres marque un retour en force pour celui qui n’a pas sa langue dans sa poche.

Tous les bons ingrédients sont au rendez-vous dans cet album sorti chez l’étiquette Naive, en mars 2013. Dans Zoom, le rythme est entraînant et les paroles sont d’une férocité sans égale. Rachid Taha a su s’entourer d’artistes de qualité pour ce petit bijou.

Ce neuvième album a été enregistré entre Paris et les studios Real World en Angleterre, avec à la production Justin Adams, et des collaborations comme Mick Jones (ancien Clash), Brian Eno et Rodolphe Burger pour ne citer qu’eux.

Rachid TahaLe chanteur n’a pas perdu ses bonnes vieilles habitudes et offre comme toujours une place particulière à cette sonorité si atypique qui mêle la guitare électrique et l’oud.

«Zoom c’est aussi la continuation du voyage entrepris de longue date par cet éternel Sinbad qui n’a jamais cessé de construire sa propre mythologie en mariant guitare électrique et oud arabe, Bo Diddley beat et rythmes du bled, posture rebelle et imaginaire oriental, sables du Sahara et du Nouveau Mexique.»

Cet apatride nous fait naviguer dans divers univers : un coup dans celui d’Elvis Presley, un coup dans celui de l’inégalable Oum Kalsoum. De l’ouest à l’est, il n’aura fallu qu’un pas pour ce génie de la chanson.

Chaque titre offre un tableau différent à l’auditoire. Fermez les yeux et vous vous trouverez transportés sur le dos d’un cheval dans le désert avec Wesh (N’Amal) et sur une mobylette dans les rues d’une ville du Maghreb avec Zoom sur Oum.

L’univers ne semble pas assez vaste pour Taha, musicien nomade qui gagne en maturité album après album. Mention spéciale à Now or Never qui marie si bien l’occident et l’orient.

Rachid Taha ne cesse de réveiller les consciences et de mettre l’accent sur son engagement politique par le biais de ses chansons. Actualité oblige, son auditoire découvre sa vision du printemps arabe avec Ana.

Petit bonus, l’auteur de Ya Rayah  et Rock el Casbah offre une nouvelle version de son fameux titre Voilà Voilà, présent sur l’album Carte blanche (1997). Plus de quinze ans plus tard, ce titre reste plus que jamais ancré dans l’actualité française où l’étranger reste à l’origine de tous les maux d’une société qui ne cesse de changer.

Pour en savoir plus :

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.