Les cancers du sein dépistés trop tard en RDC

En RD Congo, faute de prévention et d’équipements pour le détecter, de nombreuses femmes découvrent trop tard qu’elles sont atteintes du cancer du sein et n’en guérissent pas. Dépisté précocement, il peut pourtant être traité.

Syfia International

Le constat de l’OMS est alarmant : « les cancers font de plus en plus des victimes en RD Congo. » Selon l’Ong Assicas, « un malade sur trois meurt de cancer au centre Nganda à Kinshasa. » A l’hôpital général de Kinshasa (ex Maman Yemo), la plus importante formation médicale du pays, qui dispose des moyens pour détecter les cancers, « cinq cas y sont enregistrés chaque jour ».

Femmes-Congo-Monusco« Mais les centres de santé de la Rd Congo ne tiennent pas de registres des cancers. C’est ce qui explique l’absence de statistiques nationales », indique le bureau de l’OMS à Kinshasa. « C’est à peine si les cas sont en train d’être notifiés dans nos hôpitaux », affirme Oscar Mavila, médecin inspecteur provincial du Bas-Congo.

Technicienne de radio à l’hôpital général de Kinshasa, Moyo confie que « le tiers de patients qui consulte les médecins dans notre hôpital pour le cancer du sein provient du Bas-Congo ». « C’est sérieux car cela devient récurrent », s’inquiète Dr Gertrude Luyeye, radiologue.

Les cancers sont dus à une prolifération anarchique de cellules dans l’un ou l’autre organe du corps qui peut toucher n’importe qui. Le cancer du sein est ainsi un fléau pour les femmes. Consciente de l’ampleur de la maladie, Dr Gertrude qui sensibilise les habitants de Kinshasa et du Bas-Congo regrette que le pays n’ait pas de programme de lutte contre ce cancer.

Facteurs de risque

Selon les statistiques de l’OMS, chaque année dans le monde, environ un million de cancers du sein sont diagnostiqués et 400 000 femmes en décèdent. L’augmentation du nombre de cas touche surtout les femmes ménopausées, mais aussi de plus en plus fréquemment, les femmes plus jeunes, âgées de 40 à 45 ans.

Le cancer du sein se manifeste en général par la présence d’une boule dans le sein. Chez certaines patientes, il peut se signaler par un écoulement du mamelon, une présence de plaques sur le sein, de crevasses, des plis anormaux ou d’une peau qui pèle, etc. Une proportion importante de patientes ne présente pas de signes extérieurs, le cancer n’est visible que si l’on fait une mammographie, une radio des seins qui permet de le diagnostiquer.

Dans les pays européens, comme la France, les femmes de plus de 50 ans passent une mammographie tous les deux ans pour détecter au plus tôt toute anomalie. Selon Dr Gertrude, les facteurs de risque sont notamment « l’absence de grossesse ou une première grossesse après 35 ans, des premières règles précoces avant l’âge de 12 ans, une ménopause tardive survenant après 55 ans ». La présence de certains gènes prédispose à l’apparition d’un cancer du sein. C’est ainsi que les femmes, qui ont plusieurs personnes atteintes d’un cancer du sein dans leur famille, ont plus de risque d’en avoir elles-mêmes.

A côté des facteurs génétiques, il y a aussi des facteurs diététiques tels que : l’obésité, l’alcool…Les facteurs environnementaux. « Il ne faut pas que les filles exposent à longueur des journées leurs seins dehors en imitant Nastou (mode vestimentaire en vogue à Kinshasa consistant à porter un soutien-gorge qui laisse dehors les 2/3 de ses seins, Ndlr) car nous ignorons quelle conséquence la chaleur et l’air pollué peuvent avoir sur cet organe de la femme », conseille la radiologue.

Se faire dépister tôt

Un cancer peut évoluer de nombreuses années sans entraîner la moindre manifestation, ni douleur et ni grosseur. Dr Luyeye conseille aux femmes de contrôler régulièrement leur poitrine. « La prise de conscience des femmes à surveiller leurs seins en pratiquant l’auto palpation permet un dépistage précoce de la maladie », explique la praticienne. Car « un cancer du sein détecté tôt est plus simple à traiter et comporte moins de risques de séquelles ».

Contrairement à l’Occident où la maladie se développe généralement après 60 ans, en RDC même les filles de 15 et 16 ans souffrent du cancer du sein. « Nous avons reçu une fille de cet âge mais qui malheureusement est morte car, elle est arrivée tard à l’hôpital », regrette Moyo. « Si vous avez un membre de famille qui est mort du cancer à 45 ans, il faut vous faire dépister tôt. On peut donc détecter la maladie quand elle se développe d’1 mm grâce à la mammographie », assure-t-elle.

Malheureusement, aucune formation médicale au Bas-Congo ne dispose des appareils radio nécessaires pour faire les mammographies. Cet appareil coûte environ 20 000$. Pour se faire dépister, les patients doivent effectuer six heures de route pour se rendre à Kinshasa.

Le cancer du sein même avancé, n’est pas pour autant toujours mortel. « On peut vous amputer les seins et vous vivrez normalement », rassure Moyo. Des traitements existent – chimiothérapie, radiothérapie – ils sont lourds et longs mais sauvent de plus en plus de vie en Europe, en RDC bientôt espérons le.

Par Alphonse Nekwa Makwala

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.