Besbouss : autopsie d’un homme révolté au Théâtre Quat’sous

0

Le Théâtre Quat’sous s’attaque au sujet sensible et encore actuel du Printemps arabe en présentant, jusqu’au 17 mai 2014, la pièce du dramaturge Stéphane Brulotte, Besbouss : autopsie d’un homme révolté, mise en scène par Dominic Champagne et interprétée par Abdelghafour Elaaziz.

Besbouss_ Quatsous- Yanick_Macdonald2Une pièce en sous-sol lugubre et glauque. Un cadavre calciné posé au sol et recouvert d’un drap. Une voix hors champ contextualisant les derniers évènements qui ont eu lieu en Tunisie : le peuple est dans la rue. Le peuple a soif de justice. Le peuple a soif de reconnaissance. Le peuple ne veut plus dissimuler sa colère.

Un médecin, Karim, débarque dans la pièce, tremblant et suant, hurlant au téléphone quelques mots en arabe avant de raccrocher. C’est à lui que revient la dure tâche de justifier ce qui est arrivé au corps incendié et sans vie.

Mohammed Bouazizi, de son vrai nom Tarek Bouazizi, s’est immolé de rage et de désespoir le 17 décembre 2010 après que les autorités lui aient confisqué sa marchandise. Karim a quelques heures devant lui pour faire passer Mohammed, martyr tunisien à l’origine du courroux populaire, pour un fou.

Dialogue avec un mort

Deux générations se confrontent dans un huis clos d’une heure et vingt. Il y a celle du médecin qui est encore en vie, qui est bavarde et qui ne comprend pas que l’on s’ôte la vie pour se rebeller et pour crier «Assez». Et puis il y a celle de Mohammed, silencieuse, brûlée de ne plus pouvoir voir et croire en un avenir, craquant une ultime allumette face au qahr (signifie «impuissance totale»).

« Dans Besbouss, il y a la tragédie de ceux qui croient en l’humanité et qui n’ont que leur vie à offrir et celle, plus grave encore, de ceux qui n’y croient plus et qui choisissent, avec « lucidité », le statu quo. » (Stéphane Brulotte)

Besbouss_ Quatsous- Yanick_Macdonald1Abdelghafour Elaaziz entre dans un monologue intense, dense et essoufflé, et exprime ainsi son incompréhension face à un tel acte, lui ancien révolté et aujourd’hui soumis à la corruption et la passivité d’un gouvernement profiteur, manipulateur et menteur.

Il n’hésite pas à remettre en question le statut de martyr, octroyé à l’homme révolté : «Le martyr choisit sa mort pour témoigner, mais ceux qui luttent restent en vie». Il est en vie certes, mais à quel prix? Le terme «dignité» reviendra souvent dans son discours, se demandant sans cesse où il a bien pu enterrer la sienne, devenu aujourd’hui le nettoyeur médical des scènes de crime indirectement engendrées par les hautes sphères étatiques.

À l’aube du basculement

Véritable bulle temporelle, la pièce isolée en sous-sol à l’intérieur de laquelle se retrouve enfermé – bon gré mal gré – Karim ne permet d’entendre que des grondements lointains de la foule, des sirènes de police, et ne laisse passer que quelques rais de lumière des lampadaires.

La Tunisie est à l’aube de son Printemps arabe et elle l’ignore encore. Il faudra la prise de conscience de Karim, le basculement de son opinion pourtant forgée et figée. Lui si méprisant envers Mohammed, il finira cependant par laisser entrer dans son âme amère et désenchantée un fragment d’espoir. Il refuse la mort inutile, la mort sans sens, la mort sans combat, la mort sans suite.

Agenouillé près du corps rétracté et carbonisé de Mohammed Bouazizi, symbole d’une jeunesse épuisée par le silence meurtri de ses pères, Abdelghafour Elaaziz embrasse le front de celui que d’antan l’on surnommait Besbouss, celui que l’on veut recouvrir de baiser.

Pour en savoir plus :

Besbouss : autopsie d’un homme révolté, Théâtre Quat’sous, jusqu’au 17 mai 2014.

Texte : Stéphane Brulotte Mise en scène : Dominic Champagne Avec : Abdelghafour Elaaziz Assistance à la mise en scène et régie : Guillaume Cyr Scénographie : Michel Crête Accessoires et assistance au décor : Cédric Lord Costume : Julie Castonguay Lumière : Étienne Boucher Musique originale : Alexander MacSween Vidéo : Geodezik Maquillage et coiffure : Suzanne Trépanier Crédit photos : Yanick Macdonald

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.