Abakos: Pierre Kwenders explique son nouveau projet

ABAKOS_©Spencer EdwardsLes Montréalais Pierre Kwenders et Ngabo unissent leur force pour un tout nouveau projet, Abakos, dont le lancement a été programmé pendant l’édition 2016 du Festival international de jazz de Montréal. Pierre Kwenders s’est entretenu avec Touki Montréal à ce sujet.

New Constellation est le premier EP de ce groupe formé des Congolais d’origine Ngabonziza Kiroko  et Pierre Kwenders, de son vrai nom José Louis Modabi, et dans lequel ils s’expriment dans la langue de Skaespeare.

«J’ai toujours eu du mal à décrire le genre de musique que je fais, a confié Kwenders en entrevue, près d’un mois avant son spectacle au Jazz (6 juillet, scène Turkish Airlines). Ça jongle entre le RnB, l’électro avec un peu d’afro. Ca groove bien.»

Le natif de Kinshasa assure que l’univers d’Abakos est complètement différent du projet Pierre Kwenders ou il chante en cinq langues. «Abakos, c’est la musique ressentie, qui parle plus d’amour [et de] tendresse. On voulait sortir tous les deux de nos champs de bataille habituelle. C’est vraiment quelque chose de nouveau.»

Abakos-Facebook-02Tandis que Kwenders propose des sonorités que certains qualifient d’«afrofuturistes», Ngabo s’intéresse surtout «aux sensibilités indie rock afroélectriques».

Dans tous les cas, assure Kwenders, «Ça garde une certaine africanité. De toute la façon, [l’Afrique], c’est le berceau de l’humanité», précise-t-il, soulignant que dans l’univers d’Abakos, «on ressent la structure musicale de la rumba congolaise», entre autres.

Pour Laurent Saulnier, vice-président à la programmation du Festival International de Jazz de Montréal), ce projet commun de Kwenders et Ngabo fait partie de «ces groupes world montréalais qui savent très bien que nous sommes en 2016 et que l’électronique est extrêmement compatible avec l’acoustique».

C’est à Toronto que le duo s’est commis pour la première fois en spectacle. Mais c’est toutefois pendant le plus grand festival de jazz au monde qu’ils ont choisi de faire leur lancement montréalais.

À un mois du Festival, Pierre Kwenders disait être «tendu et un peu stressé», mais assurait qu’il avait confiance en son projet. Il faut dire que de ces premiers faits d’armes dans l’industrie avec ses potes de Radio-Radio à aujourd’hui, il s’en ai passé des choses. Pas étonnant d’ailleurs que lors de la 40e édition du Festival Printemps de Bourges, le quotidien «Le Monde» titrait «Pierre Kwenders sauve la première soirée du Printemps de Bourges». Rien que cela.

Pierre KwendersLa tête sur les épaules, le principal concerné retient surtout tout le travail accompli depuis le tout début jusqu’aux distinctions obtenues.

Avec son album Le Dernier Empereur Bantou, il a été Révélation Radio-Canada 2014-15 dans la catégorie Musique du monde et a  obtenu une nomination aux Prix JUNO pour l’Album de musique du monde de l’année et une autre au Prix de musique Polaris.

«Depuis que je fais ça, de mon premier show à aujourd’hui, il y a une grande évolution et j’ai mis beaucoup de travail. Ça me touche beaucoup [ce genre de récompense]. Ça prouve que je suis sur le bon chemin», a-t-il indiqué.

Bourreau de travail, Pierre Kwenders l’est assurément. Son premier EP avec Abakos n’est même pas encore sorti que déjà, il met actuellement la dernière touche à son deuxième album dont la sortie est prévue l’an prochain. «Je suis très fier de cet album-là. J’y ai mis tout mon cœur», a-t-il prévenu.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.