Cap sur la capitale de Tchibemba et Kyungy MB

Publié chez l’Harmattan BD, Cap sur la capitale est une œuvre qui aborde la sempiternelle question de l’exode rural qui touche les sociétés, aussi bien du nord que du sud. Dans ce cas,  l’histoire se déroule sur le continent noir.

Les deux auteurs racontent donc les tribulations de deux villageois un peu niais à l’évidence, Nyangara et Fataki, qui sont véritablement tannés de leur quotidien.

L’idée saugrenue d’aller faire fortune dans la capitale finit par trotter dans la tête de Nyangara qui tente avec succès de convaincre son acolyte Fataki de le joindre dans une aventure dans laquelle ils finiront par perdre le peu de choses qu’ils ont.

Mais comme dans la vie, ils en gagneront d’autres, mais est-ce que ça sera suffisant pour que leur virée à la capitale soit un succès ? Il faudra lire les 58 pages de l’album (format : 21,5 x 30 cm) sorti en mars 2017.

Les dialogues et les propos sont denses, à l’image de cette capitale qu’on dévine être une de ces villes densement peuplés de l’Afrique centrale, comme Kinshasa. Forcement, le régistre et l’humour des deux compères ressemblent plus à ceux de Souke et Siriki de la série à succès Les Bobodioufs.

« Véritable monument de la BD congolo-zaïroise des années 80, Cap sur la capitale préfigure les grandes migrations vers l’Europe qui allaient suivre quelques décennies plus tard. »

La BD est scénarisée (la première partie) par le bédéiste congolais Léon Tchibemba Ngandu-Mbes, diplômé de l’Académie des beaux-arts de Lubumbashi et de l’école supérieure d’Art et design de Saint Étienne. Elle a dans un premier temps été éditée à Lubumbashi. Mais pour cette réédition, il a fait appel à Kyungu Mwana pour les dialogues.

L’auteur averti appréciera particulièrement la partie complément de la BD savamment présentée par Christophe Cassiau-Haurie, responsable de la collection, et qui présente un beau portrait de la BD de la République démocratique du Congo.

«Avec Tchilemba et son album, on peut ainsi voyager dans le Zaïre du maréchal Mobutu, un pays qui croyait encore en son destin », conclut l’éditeur à qui l’on doit notamment le Dictionnaire de la bande dessinée d’Afrique francophone (2013).

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.