Une conversation intimiste avec Michelle Obama au Centre Bell

0


Après Paris, Londres, Oslo et Amsterdam, entre autres, Michelle Obama a fait une escale très remarquée à Montréal, pour promouvoir son autobiographie Becoming (Devenir en version française). Touki Montréal y était. Retour sur une soirée aux allures d’une grand-messe aussi inspirante que divertissante.

Il y a six mois sortaient les mémoires de l’ex-première dame des États-Unis, sobrement intitulés Becoming. Depuis, le livre est sur le point d’établir un nouveau record dans le domaine de l’édition. Sorti simultanément dans 22 pays par le biais de la maison d’édition Penguin Random House et écoulé à plus de 10 millions d’exemplaires, Becoming est en route pour devenir l’autobiographie la plus vendue de tous les temps.

La tournée de promotion du livre est d’ailleurs à l’image de ses chiffres de vente: colossale. Alors qu’initialement 12 dates étaient prévues, 21 autres se sont ajoutées à la tournée, dont six en Europe et quatre au Canada. C’est sans compter que les arrêts de Michelle Obama, organisés par Live Nation, se font dans des arénas de plus de 10 000 à 15 000 places, généralement à guichets fermés.

Photo: Facebook

Une ambiance comme à la maison

Avant l’entrée de Madame Obama sur les planches d’un Centre Bell qui affichait complet, une vidéo d’introduction a été projetée sur les trois écrans géants à l’arrière de la scène. Beyoncé, Kelly Clarkson, Missy Elliott, Oprah Winfrey, Jimmy Fallon… Les célébrités n’étaient pas avares en bons mots pour Michelle.

Quelques secondes plus tard (peu avant 20 h 30), elle est enfin arrivée sur scène sous un tonnerre d’applaudissements dignes des plus grandes vedettes de la pop. Impeccablement mise dans un ensemble en satin bleu foncé, Mme Obama a salué la foule avant de s’asseoir sur l’un des deux fauteuils posés sur scène. À ses côtés, on retrouvait Valerie Jarrett, l’une de ses amies de longue date (originaire de Chicago, comme elle) qui a également été conseillère à la Maison-Blanche sous l’administration Obama.

Toutes deux installées dans un décor recréant l’intimité et la chaleur d’un salon, les deux amies ont alors commencé à discuter, sous l’oeil attentif des 15 000 personnes présentes au Centre Bell ce soir-là. L’échange entre les deux femmes était décontracté et spontané. Comme dans son livre, Michelle Obama raconte avec beaucoup d’humilité sa vie de femme noire, de mère, de fille, d’avocate… Et ce, malgré le parcours exceptionnel qu’on lui connaît.

Photo officielle

Une vision très terre-à-terre de la vie de couple

La famille est très importante dans la vie de Michelle.

Ce sujet a d’ailleurs occupé une très grande place au cours de la soirée.

Bien entendu, il a été question de sa vie de famille à la Maison-Blanche et sa vie de couple avec Barack. Ce dernier point a été abordé de façon terre-à-terre.

«Je ne veux pas que les jeunes nous voient comme un couple parfait, parce qu’une relation de couple, c’est du travail. Il faut travailler très dur pour que ça fonctionne, a-t-elle confié à un auditoire très attentif et réceptif. Et, parfois, des années peuvent s’écouler sans que vous aimiez votre mari», a-t-elle confié très lucidement, avec un petit sourire en coin.

Michelle Obama a également parlé de son rôle «d’épouse» qui a pris de plus en plus de place alors que la carrière de son mari Barack prenait de l’ampleur. Elle, l’avocate brillante et ambitieuse diplômée de la prestigieuse université de Princeton. «Je suis passée du statut de professionnelle à celui d’épouse. C’est dans cette case que la presse m’a mise lorsque Barack s’est présenté aux élections présidentielles», a-t-elle expliqué.

Mais pour elle, pas question de n’être qu’une épouse. Le plus important selon elle, c’est de savoir qui l’on est avant tout, même lorsqu’on est marié ou en couple. «Si je n’avais pas pris le temps de savoir qui je suis, j’aurais été cette fille perdue qui aurait suivi l’autre, sans vraiment savoir qui elle est», a-t-elle souligné.

Barack Obama au Bureau Oval Office avec Michelle, Malia et Sasha, le 2 février 2009.
(Photo de la Maison-Blanche, par Pete Souza)

Elle est néanmoins fière d’une chose: que l’homme qu’elle a épousé avait des valeurs et ne recherchait pas uniquement les titres et un statut social plus élevé (cet homme est quand même devenu le président des États-Unis…)

Ses parents, de véritables modèles

Michelle Obama a également pris le temps de parler de ses parents et de son frère. Les anecdotes concernant sa mère (difficilement impressionnable) ont engendré quelques rires dans le Centre Bell.

«Pourquoi je viendrai habiter à la Maison Blanche?» avait répondu Madame Robinson, sur un ton très blasé, alors que sa fille lui avait demandé de venir habiter avec elle et sa famille. «Je ne sais pas. Pour vivre une expérience?» avait alors répliqué Michelle Obama qui ne cache pas son admiration à l’égard de celle qui l’a mise au monde.

Sans sa mère, Michelle affirme que sa vie avec ses filles à la Maison-Blanche n’aurait pas été la même. «Sans elle, je n’aurais jamais pu y arriver. Elle parvenait à rendre les choses beaucoup plus normales pour les filles. Elle était une sorte de zone tampon.» C’est avec beaucoup d’émotion qu’elle a aussi parlé de son père (qui est maintenant décédé) qui a été une grande source d’inspiration pour elle et de son frère qui l’a toujours soutenue.

Photo: Facebook

Comme elle le dit dans son livre, ses parents l’ont élevée, son frère et elle, pour qu’ils deviennent indépendants et, surtout, pour qu’ils puissent saisir le maximum d’opportunités qui s’offraient à eux. Des opportunités qu’ils n’avaient pas eues à cause de la couleur de leur peau. La question du racisme a par ailleurs été évoquée à plusieurs reprises par Madame Obama. Comme la fois où elle avait été appelée une «guenon à talons hauts».

Des conseils pour la jeune génération

Au fil de la soirée, Michelle Obama a répondu à des questions envoyées sur Twitter par ses admiratrices et admirateurs. Lorsqu’on lui a demandé quels conseils elle donnerait à des jeunes diplômés, elle a répondu du tac au tac: « Sortez, faites des expériences, n’ayez pas peur de faire des erreurs. Essayez de trouver un équilibre entre les expérimentations et gagner sa vie.»

Même si Mme Obama a fait preuve d’une certaine humilité tout au long de la soirée, il est indéniable qu’elle est un véritable modèle pour de nombreuses femmes (et de nombreux hommes). Charismatique, drôle, intelligente… Les qualificatifs ne manquent pas pour parler de Michelle Obama.

Selon elle, son autobiographie est autant une histoire personnelle qu’universelle. «Tout le monde peut se s’y retrouver», a-t-elle dit à l’auditoire du Centre Bell. Les histoires comme la sienne, de femmes noires, qu’elles soient ordinaires ou non, font défaut dans l’espace médiatique. «Trop peu de voix sont entendues. Celles qu’on entend le plus souvent sont celles des plus forts.»

Photo: Facebook

Au bout d’une heure trente, Michelle Obama a quitté la scène de l’amphithéâtre montréalais sous une foule d’applaudissements. Si vous n’étiez pas parmi les privilégié.e.s qui ont pu la voir ce soir-là, on vous conseille vivement de vous plonger dans son excellente autobiographie. On a beaucoup aimé (le livre comme son passage au Centre Bell).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.