Vendredi soir à Montréal

Le Metropolis affichait complet ce vendredi 5 juin pour la venue du duo malien Amadou et Mariam. Fidèle au rendez-vous, Touki Montréal vous fait revivre cette soirée.

Nicolas Roux

C’est par une perfomance assez timide de la canadienne d’origine créole, Melissa Laveaux, que la soirée a démarré. Une demi-heure de folk-blues bien trop calme pour soulever un public peu nombreux. On attendait un peu plus de celle qui s’est pourtant imposée comme la coqueluche de la scène parisienne. Seule la dernière chanson plus vivante a réussit  à convaincre une salle qui tranquillement se remplissait. Le public n’attendait que l’arrivée de ceux, longtemps surnommé “le couple aveugle du Mali”.

Melissa Laveaux, coqueluche de la scène parisienne
Melissa Laveaux, coqueluche de la scène parisienne

La foule en ébullition commençait à s’impatienter lorsque les lumières sont subitement tomber. C’était le moment opportun pour des rythmes endiablés. Amadou et Mariam font alors leur apparition dans une ambiance de fête. Faisant la promotion de l’album Welcome to Mali, ils ont entonné de nombreuses chansons de cet opus. Parmi celles-ci,  la très engagée Ce n’est pas bon, véritable appel contre la corruption et la dictature en Afrique.

Leur complicité sur scène est flagrante. Amadou délivre de somptueux solos de guitare, au grand plaisir des spectateurs. Les musiciens les accompagnent parfaitement. Igor le claviériste se fait remarquer par son attitude très rock, tandis qu’un échange se crée entre le percussionniste et le public, chacun se répondant tour à tour. Et que dire des danseuses ? Leur chorégraphie enivrante nous emmène tout droit au milieu des rues de Bamako, dans un style typiquement ouest-africain. Le concert s’est terminé par la classique Dimanche à Bamako, repris en choeur par une foule comblée. Tout était dit.

Amadou et Mariam au Métropolis
Amadou et Mariam au Métropolis

Une soirée de bon augure pour l’été aux portes de Montréal. Le couple chaleureux aura su transporter durant plus d’une heure le public, à travers différentes régions maliennes, de la capitale Bamako au mythique pays Dogon.

Amadou et Mariam ont débuté leur carrière il y a trente ans à Bamako, la très culturelle capitale du Mali. C’est cependant en Côte d’Ivoire qu’ils font leur ascension dans le courant des années 80, avec à la clé de nombreuses tournées en Afrique de l’Ouest. À partir de 1998 débute leur succès sur la scène internationale, suite à la sortie de leur album Sou ni tilé. Ils se démarquent alors par leur mélange percutant de pop-funk et musique traditionnelle, alternant langue française et bambara.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.