La gitane noire

Dotée d’une voix rauque et puissante, la Camerounaise exilée en France Sandra Nkaké a avec un seul album à son actif, un avenir prometteur dans le monde de la soul et du rythme n’blues. Touki Montréal vous invite à découvrir cette chanteuse inspirante.

S’il est vrai que certaines pièces de Mansaadi, l’album de Sandra Nkaké peuvent être classées dans le registre soul, d’autres nous forcent à ne pas catégoriser cette artiste trop vite. En effet, certaines chansons empruntent au reggae ou à l’électro tandis que d’autres puisent dans le flamenco ou le hip-hop. L’éclectisme de cette chanteuse est à son comble avec une version revisitée de la Mauvaise réputation de Georges Brassens plutôt réussie.

Mansaadi, sorti en 2008 signifie petite mère. Sandra Nkaké l’a justement dédié à la sienne qui est malheureusement décédée avant que sa carrière de chanteuse ne prenne son envol. La plupart des titres sont en anglais, les textes évoquent l’amour, le partage et la sincérité. Depuis la sortie de ce premier opus, l’auteur, compositeur et interprète a effectué une tournée en France, sa terre d’adoption et vient tout juste de donner son premier concert au Cameroun.

En parallèle de sa carrière de chanteuse, Sandra Nkaké est aussi comédienne. Le premier choc cinématographique de la jeune femme fut Le Temps de gitans d’Emir Kusturica.  La belle se sent l’âme gitane. Elle n’aurait certainement pas imaginé alors faire la première partie du groupe du réalisateur, The No Smoking orchestra quelques années plus tard en 2008, c’est pourtant ce qui s’est passé ! Le destin joue de jolis coups à la chanteuse, il faut croire.

Le 9 janvier prochain, Sandra Nkaké sera l’un des sujets de Tendance A, magazine de la création africaine diffusée sur TV5 Monde Canada à 10h30.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.