Grands classiques: L’aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane

Touki Montréal vous fait découvrir les grands classiques de la littérature africaine francophone. Pour la première chronique, retour sur L’aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane.

“Ce jour-là, Thierno l’avait encore battu. Cependant Samba Diallo savait son verset.” En citant ces deux phrases, plusieurs reconnaitront directement le grand classique de Cheikh Hamidou Kane.

L’aventure ambiguë est devenu un incontournable de la littérature africaine. Il est étudié dès le primaire dans certaines écoles d’Afrique de l’Ouest. À travers le parcours de ce jeune Samba Diallo, fils de Diallobé (grande famille reconnue), l’existence universelle de l’homme est questionnée.

Après avoir fini son étude du Coran, Samba Diallo est envoyé à l’école nouvelle, l’école qui apprend à “lier le bois au bois“, ce qui signifie faire des maisons.

Du côté de la Grande Royale, cousine de Samba, c’est apprendre “comment gagner sans avoir raison“. Pour le Chevalier ( père de Samba et dont le nom est dû à sa stature), c’est la fin d’une résistance envers l’Occident et sa pensée.

Pour d’autres, comme le Maître Thierno de l’école coranique, l’arrivée de cette pensée est la fin de la foi en Dieu. Comme le dit le chef des Diallobé : « Ce qu’ils apprendront vaut-il ce qu’ils oublieront ? »

Source d’inspiration

La deuxième partie du roman est encore plus vivante. C’est à travers le regard et le cœur de Samba Diallo que l’on découvre la complexité de son parcours. Samba Diallo s’éveille à la philosophie occidentale. On vit avec lui cette aventure ambiguë qui le balance entre deux mondes. Le lecteur ne peut rester étranger au questionnement de ce jeune homme. Chacun pourra y retrouver une partie de soi-même.

L’histoire de Samba Diallo a été source d’inspiration pour de nombreux auteurs. Le réalisateur français Alain Gomis a revu la figure de Samba Diallo dans son film l’Afrance. Le sénégalais Cheikh Hamidou Kane est toujours vivant mais il n’a écrit que deux romans à ce jour. Il lui aura fallu plus de 30 ans pour faire éditer Les Gardiens du temple.

2 Commentaires

  1. Ah quel plaisir de se voir plongée à nouveau dans l’aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane! Samba Diallo; que de souvenirs d’enfance! Quelle éloquence dans ce livre; même petit ce livre nous marque, chaque mot semble avoir été choisi avec soin et c’est peut-être cela même qui constitue la beauté de cet ouvrage!. Merci Touki de nous ramener loin dans nos souvenirs:)

  2. Ah qu’il est beau et inoubliable, l’étude de cette oeuvre d’une Figure monumentale de la litterature africaine. De nombreuses interrogations surgissent et subsistent encore: Ce qu’on apprend vaut-il par rapport à ce qu’on oublie? Est-il juste convaincre sans avoir raison? Je dirai tout simplement de ne pas se laisser emporter par le vent de la mondialisation. Conserver ses valeurs n’est pas un crime, Ce qui par ailleurs ne sifìgnifie pas pour fermer les yeux et ignorer ce qui se passe autour de soi. Par conséquent, seule la verité pourra nou rendre libre. Donc pour vaincre, il faut savoir convaincre dans la loyauté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.