Mondial 2010, Jour 2 : Peu de surprises

Le joueur le plus attendu de cette journée ne mesure pas plus de 1m70, c’est un gaucher et il évolue au FC Barcelone. En dehors du buteur Gaby Heinze (Marseille), le lutin Lionel Messi a démontré toute l’étendue de son talent dans une équipe argentine plutôt terne.

Face aux Super Eagles du Nigéria, les hommes de Maradona auraient pu (et surtout dû) afficher un jeu plus alléchant. À la place, on a plutôt vu une équipe en difficulté, un peu fébrile par moment et se reposant sur les nombreuses fautes de leur nettoyeur maison (Mascherano) ou de leur emblématique milieu Veron (ancien joueur de Manchester United et de la Lazio de Rome), toujours aussi technique.

Le seul vrai danger de cette équipe s’appelle Messi. Avec ses infiltrations, le numéro 10 a été un véritable poison et il aura fallu la force de caractère du gardien nigérian (V. Enyeama) et des détentes à n’en plus finir pour que le score ne soit pas plus corsé.

Peter Odemwingie

Les Super Eagles regretteront quant à eux de ne pas avoir cru plus tôt en leurs chances. Première surprise dans la composition de l’équipe titulaire, l’absence de Peter Odemwingie, le seul joueur du Nigéria capable de percer une défense, et de partir de l’arrière pour créer des espaces et du jeu.

Comme déjà à la coupe d’Afrique des Nations, l’entrée du joueur du Lokomotiv Moscou a fait beaucoup de bien à cette jeune équipe du Nigéria. Erreur de l’entraineur Lars Lagerbäck: l’absence de leur capitaine John Obi Mikel a sans doute pesé dans ce match, mais la titularisation de Odemwingie aurait donné du fil à retordre aux Argentins.

Les entrées d’Obafemi Martins plus mobile que Yakubu d’Everton et d’Uche (remplaçant Taiwo, blessé) n’ont pas été payantes. Kalu Uche, le joueur d’Alméria en Espagne aurait pu remettre les deux équipes à égalité à la 82ème minute. Il s’est contenté de vendanger en envoyant le ballon dans les tribunes alors qu’il était pourtant seul à l’entrée de la surface.

Autre souci de l’équipe du Nigéria (comme parfois lorsqu’une équipe est en manque de confiance), le laxisme de la défense sur les phases arrêtées. C’est d’ailleurs sur un corner que le monstre olympien – Gaby Heinze – abandonné par son vis à vis a pu ajuster Enyeama d’une tête rageuse. score final, 1-0.

Dans l’autre match du groupe B, la Corée du Sud a lessivé (2-0) l’équipe la plus faible pour l’instant la Grèce. Terne, sans saveur, sans magie, les hommes de Otto Rehagel auraient même pu prendre un carton. Park Ji-sung, le joueur de Manchester United et ses coéquipiers ont été largement au dessus des Grecs et de la Corée du Sud a sans doute fait le meilleur pas de ce début de la compétition pour une place au tour suivant.

Dans le premier match du groupe C entre l’Angleterre et les États-Unis, seul le gardien de Sa Majesté a retenu l’attention du monde entier. Comme d’autres avant lui (Calamity James, Hart, Robinson), Green a fait la grosse boulette de la journée en offrant un but en or (et non sur tapis vert…) à des Américains, costauds et appliqués.

Photo Une : Axel Bührmann, Flickr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.