Prix des libraires du Québec: Chimamanda Ngozi Adichie en lice

Chimamanda-Ngozi-Adichie Publié chez Gallimard, le roman Americanah de l’auteure Chimamanda Ngozi              Adichie est finaliste des Prix des libraires du Québec, dans la catégorie roman hors Québec.

Troisième roman de la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, Americanah est en lice dans cette catégorie aux côtés de L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante (Gallimard), Les prophètes du fjord de l’Éternité de Kim Leine (Gallimard), Encore de Hakan Günday (Galaade) et le très acclamé roman Soumission de Michel Houellebecq, chez Flammarion.

Americanah-Gallimard Les lauréats seront dévoilés le lundi 9 mai 2016,  au Lion d’Or, à Montréal. Les lauréats de toutes les catégories recevront aussi une œuvre de l’artiste Louis-Georges L’Écuyer

Coordonné par l’Association des libraires du Québec (ALQ), ce prix littéraire «met en lumière le rôle essentiel des libraires, celui de découvrir et partager, tout en honorant des auteurs dont les œuvres se sont imposées cette année par leur qualité littéraire et leur originalité».

Lors du dévoilement des derniers finalistes, l’ALQ a également dévoilé les finalistes du Prix des libraires du Québec 2016 dans les catégories poésie québécoise et roman.

Dans cette dernière catégorie, ont été choisis : La femme qui fuit d’Anaïs Barbeau-Lavalette (Marchand de feuilles), Blanc dehors de Martine Delvaux (Héliotrope), L’année la plus longue de Daniel Grenier (Le Quartanier), À la recherche de New Babylon de Dominique Scali (La Peuplade) et Nord Alice de Marc Séguin, chez Leméac.

Logo_PLQ-2016_RomanDans le segment de la poésie, Je suis la fille du baobab brûlé de Rodney Saint-Éloi (Mémoire d’encrier) a été choisi, tout comme L’année de ma disparition de Carole David (Les Herbes rouges), Vallée des cicatrices de Patrice Desbiens (L’Oie de Cravan), Chasse aux licornes de Baron Marc-André Lévesque (L’Écrou).

Le lauréat, qui recevra une bourse de 2000 $, sera connu le 30 mai prochain, lors de la soirée d’inauguration du Festival de la poésie de Montréal, à la Maison des écrivains (UNEQ).

«L’odeur des livres est elle-même une  des plus grandes poésies que j’ai le plaisir de déguster chez les libraires. J’y reste des heures et en ressors toujours les bras garnis et le cœur vivant», a commenté Mara Tremblay, nouvelle ambassadrice des Prix des libraires du Québec.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.