Festival de jazz: le Preservation Hall Jazz Band et Ala.Ni remplissent les festivaliers de bonheur

À quelques semaines du 86e anniversaire de Charlie Gabriel, le mythique groupe Preservation Hall Jazz Band s’est offert une nouvelle virée, à Montréal, chez eux, pour un concert bien spécial dans la non moins acoustique Maison Symphonique. Il était précédé de la Britannique Ala.ni qui une nouvelle fois a laissé parler son coeur et sa voix puissante. Inutile de dire qu’on a apprécié la soirée.

Le Preservation Hall Jazz Band joue depuis plus de 50 ans. Plusieurs musiciens y ont défilé, mais Ben Jaffe continue de perpétuer la tradition lancée par son père, Allan.

Accompagné sur scène par deux saxophonistes (Charlie Gabriel, Clint Maedgen), un tromboniste (Ronell Johnson), une trompettiste (Branden Lewis), un pianiste (Kyle Roussel) et un percussioniste/drummeur (Shannon Powell), le groupe  a fait l’éloge de sa Louisiane natale en laissant parler les cuivres.

Charlie Gabriel, à droite- Facebook

Ils ont souvent invité le public à les joindre en frappant des mains. Ce que les gens ont fait volontiers, avec presque l’envie de se lever pour danser ou pour une ovation.

Le public s’est aussi amusé de la présence sur scène du musicien Ronell Johnson qui ce soir-là, en plus de son trombone, avait arboré la tenue de danseur, chanteur, amuseur public et même maître de cérémonie. À Touki Montréal, on a été régalé.

Avant que le prestigieux groupe ne débarque sur scène avec leur ambiance feutrée et tamisée, la salle a eu droit à une quarantaine de minutes de présence de la somptueuse Ala.Ni, toujours aussi irrésistible et charmante.

Avec un seul guitariste, Marvin Dolly, sur la grande scène, elle a fait comme si elle était dans son salon, pour le plus grand plaisir de nombreuses personnes.

En veut pour preuve, le nombre de (nouveaux) fans qui ont accouru à la fin de sa prestation pour lui dire un mot, et, surtout dévalisé les quelques albums de son plus récent opus You and I.

Native de Londres, vivant à Paris, Alani Charal a su garder son calme pendant sa prestation, alors qu’une spectatrice (On ne saura jamais qui) y est allé d’un commentaire a priori désobligeant, mais inaudible.

Avec la confiance et l’assurance des grands, elle a pris le temps de finir sa chanson avant de rejoindre son public pour un moment sans doute fort de fusion.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.