Ben Harper éblouit le Festival de jazz avec l’harmoniciste Charlie Musselwhite

Pour son grand retour au Festival international de jazz de Montréal, Ben Harper a une nouvelle fois marqué les esprits et inscrit son nom dans les annales avec son prix Ella-Fitzgerald. Rien de moins. Avec Charlie Musselwhite, il a aussi présenté son plus récent album, No Mercy in This Land, au public de la Wilfrid-Pelletier.

Peu avant de partager la scène, le chanteur a reçu des mains du fondateur du festival le précieux trophée créé pour le 20e anniversaire du Festival (1999) «pour récompenser une chanteuse ou un chanteur de jazz au talent remarquable qui a eu une influence et un impact majeurs sur la scène internationale».

Vingtième lauréat du Prix Ella-Fitzgerald, Ben Harper succède à de grands noms comme Diana Ross (2014), Sade (2011), Aretha Franklin (2008), Tony Bennett (2004), Bobby McFerrin (2003), ou Dee Dee Bridgewater (2000).

Prenant la parole, Ben Harper s’est remémoré sa première visite au festival, en 1994. C’était au Spectrum et il avait 25 ans. Le temps est passé et il a maintenant 48 ans.  Le talentueux guitariste a d’ailleurs rappelé qu’il avait plusieurs points communs avec Ella Fitzgerald. Il vit à Los Angeles comme elle, collabore avec plusieurs artistes, son engagement pour la cause des droits humains et le fait d’être marié trois fois, a-t-il confié.

Pour le reste, Ben Harper a assuré, bien évidemment. Il a d’abord été d’une extrême humilité en s’excusant à quelques reprises du spectacle repoussé, ce soir-là, en raison de pépin technique.

Puis il a entrepris de révéler à son public moins connaisseur les pièces de son dernier album, non sans se lancer dans Summertime, chantée par une certaine…Ella Fitzgerald!

Il a pris le temps de rendre hommage à Charlie Musselwhite, en quelque sorte, un de ses grands de la musique encore vivants.

L’artiste s’est aussi remémoré ses souvenirs de jeunesse comme le son de tambourin dans les messes de communauté noire. Il n’a pas manqué l’occasion de  saluer/tacler au passage Donald Trump avec la chanson I Don’t Believe a Word You Say, extrait de son précédent album Get up ! (2013) avec l’harmoniciste et ancien Blues Brother, Charlie Musslwhite .

Cet album a d’ailleurs était sacré meilleur album de blues aux Grammy Awards.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.