Masi de Gary Victor : une satire grivoise du pouvoir haïtien

Dans son dernier roman Masi, publié chez Mémoire d’Encrier, le journaliste et auteur haïtien Gary Victor s’intéresse aux arcanes du pouvoir dans son pays. Le portrait qu’il en dresse est loin d’être flatteur: mensonges, corruption, hypocrisie, décadence, luxure… Un petit plaisir coupable dont la lecture est totalement jouissive.

Masi, c’est avant tout l’histoire de Dieuseul Lapénuri, un petit fonctionnaire sans grande ambition qui a réussi à avoir un emploi au ministère des Finances grâce à un ami du collège. Haï par un père violent qui l’a toujours considéré comme étant l’incarnation même de la médiocrité, Dieuseul, aidé par quelques relations de sa femme, a l’occasion d’accéder à un poste haut placé: celui de ministre aux Valeurs morales et citoyennes. Un nouveau portefeuille que le président de la République avait promis de créer durant sa campagne.

Mais pour accéder à ce prestigieux poste, Dieuseul Lapénuri devra faire quelque chose qui vient à l’encontre de ses croyances et de ses principes: une fellation au président. Les prouesses de «flûtiste» de Dieuseul Lapénuri sont telles qu’il devient instantanément le nouveau chouchou de ce président de la République paresseux accro au sexe. Mais beaucoup de proches de l’homme le plus puissant du pays verront cet intérêt soudain d’un très mauvais oeil… 

L’histoire de Masi en elle-même peut ressembler à une grosse farce. Et dans un sens, ça l’est. Certains personnages, dont celui du président, baignent dans le grotesque. Certaines situations frôlent l’absurde, comme cette scène dans laquelle Dieuseul et sa femme participent à une soirée échangiste ou ces moments où le président récite des vers de Baudelaire ou de Walt Whitman alors qu’il est aux portes de la jouissance.

Mais Masi n’est pas qu’une grosse farce. C’est également une critique acerbe du pouvoir haïtien et de ses représentants. Des représentants qui ont tout fait pour interdire la tenue du premier festival LGBTQ du pays pour ne pas «corrompre» les moeurs de la population haïtienne, mais qui n’hésitent pas à avoir des relations sexuelles avec d’autres hommes. Vous avez dit hypocrisie?

Les personnages sont fictifs, mais la critique, elle, est bien réelle.

Masi de Gary Victor, aux Éditions Mémoire d’Encrier, 184 pages.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.