Lucky Luke: «un cow-boy dans le coton», nouveau album du héros solitaire

Scénarisé par Jul et avec les dessins d’Achdé, le nouvel album de Lucky Luke, Un cow-boy dans le coton (Dargaud), donne une visibilité et un rôle de premier plan à des personnages noirs, comme ce shérif qui a vraiment existé, Bass Reeves.

Crée en 1946, le personnage de Lucky Luke continue de vivre malgré la disparition de Morris et Gosciny, qui ont encré le personnage dans la postérité. Avec son cheval et ami Jolly Jumper, le tireur le plus rapide du Far West s’attaque dans ce numéro à un des thèmes les plus lourds de son continent, celui de l’esclavage.

Avis aux lecteurs et aficionados de l’univers de Morris et Goscinny: «Cet album est à la fois fidèle à la tradition de Lucky Luke, dans laquelle des personnages et des événements historiques authentiques servent de point de départ au scénario, mais aussi un véritable renouvellement de l’approche de ces aventures…» explique Jul dans le document de presse.

Tout part d’une intrigue somme toute assez simple. Le célèbre cow-boy solitaire est en vacance lorsqu’il apprend qu’il vient d’hériter d’une plantation de coton en Louisiane. Lui qui n’a pas beaucoup visité ce coin de pays (sauf dans l’album En remontant le Mississippi) entreprend alors un périple pour s’empreiner d’une culture totalement différente de l’Ouest.

Arrivées à destination, ses pires craintes se réalisent et rapidement le lecteur se retrouve dans cette ambiance lourde et suffocante qui semble par moment exister encore dans certains coins de pays de l’Oncle Sam.

Avec cet album de 48 pages, Jul et Achdé ancrent ce héros dans notre époque, celle où tout ce qu’on pouvait faire dans l’ancien temps n’est plus permis. Il faut regarder l’histoire avec la tête haute et rejeter les pires injustices. Comme toujours, l’humour est présent pour faire passer le propos qui pour une fois n’est pas forcément léger: la ségrégation raciale.

Certains lecteurs à la recherche de modèles pourront se retrouver dans le personnage de Bass Reeves, premier Noir nommé marshal adjoint à l’ouest du Mississippi, et considéré comme l’une des meilleures gâchettes de son temps. Difficile de faire abstraction de la présence de la fratrie Dalton quoiqu’on aurait pu pour une fois s’en passer.

N’empêche, la bande dessinée un album se lit bien et les lecteurs seront sans doute heureux de tomber ici et là sur quelques surprises, comme ce jeune garçon américain qui rêvent d’histoire et ce drôle d’Américain pas vraiment américain à l’accent qu’on pourrait reconnaître…

C’est le troisième album que signent Jul et Achdé, après La Terre Promise et Un cowboy à Paris.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.