“Louisiana”, T2 de Chrétien et Toussain, chez Dargaud

Après le premier épisode qui mettait la table, Léa Chrétien et Gontran Toussaint revient avec la suite de la saga Louisiana, toujours chez Dargaud, qui dépeint cette Amérique misogyne et raciste, comme dans la famille d’Augustin Maubussson.

Inspirée d’une histoire vraie, la trilogie Louisiana commence (ou se termine) avec le récit de Louise Soral, descendante d’une grande famille propriétaire d’une plantation de canne à sucre. C’est en 1961 qu’elle décide de raconter à sa bonne les terribles secrets qu’elle ne veut plus garder.

Puissante, cette BD de 56 pages rappelle à quel point les femmes noires souffraient triplement à cette époque. Cette saga familiale est plus qu’une “histoire de femmes, de courage et de liberté”. C’est l’histoire d’une Amérique qui peine à panser ses plaies.

Le scénario qui dépeint un décor dans lequel les femmes prennent beaucoup de place, souvent pour protéger leur famille, reste toujours aussi bien ficelé.

Le patriarche Augustin Maubusson n’est plus là et sa femme Laurette, arrière-grand-mère de Louise, a perdu un peu la raison, mais leur fille Joséphine tend à perpétuer les mêmes erreurs. Il y a aussi Antoine, figure masculine toujours aussi détestable, et qui est toujours dans tous les mauvais coups.

Évidemment, l’époque n’a pas changé. L’injustice, l’esclavagisme font toujours partie du quotidien. Les femmes, surtout les Noires, sont celles qui sont le plus impactées. Sauf peut-être Marie, amie de Joséphine, devenue tenancière de la Maison Blanche, “la maison close la plus prisée de la ville pour tous les bourgeois en quête de luxe et d’anonymat”.

La “malédiction” ne semble pas épargnée la famille Maubusson puisqu’après le père, le fils, voilà que le petit-fils Jean s’éprend pour Caliste, employée de la maison. Un enfant, mulâtre, né de leur amour, mais Joséphine intervient, comme sa mère avant elle, et l’histoire semble recommencer. Enfin, c’est ce que les lecteurs pourraient découvrir au tome 3.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.