Une journée dans la vie de Marie-Madeleine

Après son livre-enquête Et si Dieu n’aimait pas les noirs : Enquête sur le racisme au Vatican paru en 2009, Serge Bilé renoue avec les secrets de l’Église catholique. Dans son documentaire disponible en ligne, Une journée dans la vie de Marie-Madeleine, il traite de la sexualité dans les couvents.

Pour les besoins de son investigation sur le racisme au Vatican, Serge Bilé a mené plusieurs entrevues. Dans ce documentaire de 52 minutes, il aborde la délicate question de la sexualité religieuse et du voeux de chasteté.

Le film est construit autour des témoignages croisés de cinq anciennes religieuses. Paris, Rome, Fort-de-France ou Kinshasa, le constat est identique. Les histoires ne diffèrent que de peu et les tabous divisent. Le documentaire commence avec le témoignage de ce père congolais qui a perdu sa fille, religieuse. Morte du sida alors qu’elle exerçait au Vatican.

Entre les témoignages, Serge Bilé donne la parole à des experts. C’est le cas de ce gynécologue de Fort-de-France ou de cet historien des religions qui souligne que les relations entre sœurs et pères ne sont pas toujours forcées. Parfois, explique-t-il, c’est aussi le fruit d’un amour.

Si le documentaire n’apprend rien de nouveau, il a le mérite  de nous éclairer et de confirmer certaines craintes. L’église n’est que le reflet de la société. Homosexualité, viols, avortements, prostitution ou sida font aussi partie de cet univers. Une journée dans la vie de Marie-Madeleine est un documentaire poignant et émouvant qu’il faut voir.

Après avoir tenté sans succès de vendre son documentaire, Serge Bilé s’est résigné. « J’ai senti des réticences à diffuser ce documentaire en France, en Belgique, en Suisse, mais aussi au Canada. J’ai également essuyé deux cas de censure, à la RTI (Côte d’Ivoire) et à RFO (Martinique) » soutient le réalisateur.

C’est pourquoi il a décidé de le mettre gratuitement sur son site internet, « même si financièrement c’est une catastrophe parce que je ne peux même pas amortir ce film que j’ai produit de A à Z », poursuit Serge Bilé. Qu’importe, pour le réalisateur, « Le devoir de vérité est plus fort que tout ».

Avec Mathieu Méranville, Serge Bilé a publié cette année Au secours le prof est noir, une enquête sur le racisme régnant dans l’Éducation nationale française. Il travaille actuellement sur un ouvrage sur le blanchiment de la peau qui fait des ravages dans certains pays d’Afrique.

La bande annonce :

[vsw id=”k4tM6cLORBnQR5VeHA” source=”dailymotion” width=”425″ height=”344″ autoplay=”no”]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.