Nyata Nyata : oiseaux de nuit

Montréal by Night est la dernière création de la compagnie de danse Nyata Nyata. Interprétée par cinq danseurs et trois musiciens, cette fable rythmique plonge le spectateur dans l’incertitude d’une ville, la nuit. Touki Montréal a assisté à la première, le 19 mai dernier.

C’est pour son caractère urbain que Zab Maboungou, chorégraphe et fondatrice de Nyata Nyata a choisi la Société des Arts Technologiques (SAT) comme décor de son nouveau spectacle. Le lieu habituellement peu exploité pour la promotion de la danse a été investi d’un épais tapis autour duquel le public est installé. Cette disposition circulaire lui permet une grande flexibilité dans les jeux de trajectoires, nombreux dans sa création.

photo : Julia Haurio

Débutant dans le silence, la chorégraphie de Zab Maboungou est aussi totalement habitée par les rythmes. Les tambours parleurs (aussi appelés téléphones africains), les tables tournantes et le violoncelle prennent autant de place que les danseurs. Instruments et interprètes se parlent et se répondent, rythmes et mouvements s’interpellent, se cherchent et se trouvent.

photo : Julia Haurio

D’une durée d’une cinquantaine de minute, Montréal by Night défile à toute allure. Alternant ralentis et enchaînements débridées, s’emmêlant ou s’évitant, les danseurs se donnent peu de répit. Un peu comme lors d’une nuit blanche, ils se cherchent et se fuient au gré du rythme et parfois contre lui.

photo : Julia Haurio

D’origine Congolaise, Zab Maboungou vit à Montréal depuis 37 ans. Elle rend ici hommage à sa ville d’adoption en la dépeignant en rythmes et mouvements. Et on en conviendra, cette chorégraphie mêlant danse contemporaine et influences africaines sied plutôt bien au “Montréal multiple”.

photo : Julia Haurio

Montréal by Night par Nyata Nyata jusqu’au 22 mai à la SAT.

Interprètes : Jacob Cino, Karla Etienne,Gamaliel Fonseca, Marielle Mencé, Odessa Thornhill

Musiciens : Marc Keveyuh, Jean-Christophe Lizotte, Elli Miller Maboungou

Direction artistique, chorégraphie, composition musicale et costumes : Zab Maboungou

photo : Julia Haurio

À voir aussi : le dossier sur les danses africaines à Montréal de Touki

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.