Soprano au Québec : Chaud bouillant !

Soprano, connu aussi sous le surnom de Sopra Mbaba (de son véritable nom SaÏd M’Roumbaba), est l’étoile filante du rap français. Pour sa première tournée solo au Québec, les spectacles se jouent à guichets fermés. C’est à Montréal qu’il met le paquet. Voici le récit de la chroniqueuse Sacha Dwama.

Une fois à l’intérieur, une ambiance de folie se fait déjà sentir. Avec le talentueux DJ Arabika qui mixe aux platines et réussit haut la main à garder le public surchauffé.

Le spectacle n’a même pas encore débuté qu’une foule de jeunes se précipitent vers l’avant-scène pour avoir la meilleure vue. Le DJ est inspiré nous faisant danser et chanter sur les derniers tubes hip hop américains et français. Sans oublier de nous remémorer les grands classiques à la I AM, NTM et Fonky Family.

Des drapeaux du Maroc, Algérie et Tunisie surplombent la fausse, brandis sur les gradins. Certains font les beaux avec leurs maillots de foot marseillais (rappelons-le, Soprano est d’origine comorienne, mais vit à Marseille, en France). Un public multiculturel où se mélangent des visages québécois, français et africains.

Début du Spectacle

Marco Volcy, K-Rim et 4 Say

Il est 21h10, l’étage est rempli et la fausse aussi! Dirty Taz, l’animateur de la soirée prend le micro pour annoncer le début des festivités.

Pendant que DJ Arabika continue d’ambiancer la salle. Certains, pris par l’excitation, montent sur la scène pour danser et crier «Soprano! Soprano!» au micro du MC.

Avant que les premières parties ne prennent place sur la scène, Dirty Taz, aidé par les agents de sécurité, s’efforce de dire aux jeunes de reculer. Le Club Soda est submergé, le tout dans une atmosphère bon enfant.

Les artistes locaux K-Rim, 4 Say et Marco Volcy proposent un medley de leurs dernières œuvres. Accompagnés par le batteur Ryan Stevenson et un joueur de darbouka qui nous enivrent de rythmes fous, à en perdre la tête. Un représentant du collectif  Boitedeson.com fait une démonstration de beat box impressionnante.

Baxter Dexter est le dernier groupe qui présente sur la scène (après une heure et demie de première partie!). Le public ne pouvant plus attendre de voir leur vedette marseillaise arrivée se refroidit légèrement face aux derniers invités.

«Après une tournée dans tout le Québec, j’ai dit à Soprano que la ville où le public est le plus fou, c’est à Montréal!,» 4 Say.

Enfin Sopra Mbaba!

Il est 23 heures, Soprano commence le spectacle avec son tube «Halla Halla». Les jeunes qui attendaient leur star ne peuvent plus se contenir et sautent dans tous les sens. Tout le monde est euphorique. Le rappeur demande à ses convives de lever les mains dans les airs et de les agiter: «Donnez-moi du soleil !», lance-t-il. Ainsi le public est uni, plus de différences, tous bercés par les messages de paix proclamés par l’artiste.

«Je suis là pour représenter le contraire de tous ces préjugés. De ces messages négatifs du Hip Hop. Aujourd’hui nous sommes ici pour une seule raison: sauter, danser et transpirer!». Le ton est donné et Sopra respecte sa parole. Le spectacle est chaud bouillant! Le soleil de Marseille brûle au cœur du Club Soda et la chaleur que dégage Soprano sur scène est palpable.

Les moments forts du concert

«Moi, je ne suis pas une star», s’exprime le rappeur, «Mon nom c’est Saïd…». Il demande au public de jouer du piano avec leurs doigts dans les airs et interprètent ainsi tous ensemble la chanson Moi j’ai pas.

Pendant la prestation de ce succès, il fait des clins d’œil aux artistes mentionnés dans ses paroles dont Kery James et 2 Pac, en reprenant les titres Le retour du Rap français et California Love. Soprano s’amuse à se transformer en Seyfu ou encore La Fouine (ses confrères rappeurs) en les imitant et remixant leurs tubes à la sauce Sopra Mbaba.

«La famille c’est tout, l’argent c’est rien» fait-il répéter à la foule.

Il enchaîne ainsi sur ça fait mal et tout le monde suit ce refrain avec énergie. Les chansons marquantes restent Hiro, Les cités d’or, imagine-toi, Le monde est stone, J’étais comme eux et À la bien. Moment très émouvant lorsqu’il interprète Inaya, titre dédié à sa fille (Soprano a deux enfants).

Tous charmés par son naturel

Ces textes sont lourds de sens. Véhiculant des messages de paix, ils sont rassembleurs. Soprano reflète une image positive. Celle du jeune qui veut s’en sortir et vivre dans le respect de ses valeurs. Simple et authentique, avec son style il met tout le monde d’accord. Très reconnaissant envers ses références musicales comme I AM et NTM, il souligne que sans eux son groupe Psy 4 de la Rime n’aurait jamais vu le jour.

«Je suis là pour représenter tout le monde. Maroc, Algérie, Tunisie, Sénégal, Mali, les Comores… Ils veulent nous diviser, mais ce soir on va leur prouver qu’on est tous unis». Le concert se termine donc sur un rap de la chanson Halla Halla. La soirée se finit dans la joie et la bonne humeur. Pas de violence, juste de l’amour, celui de la musique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.