Fredy Massamba sort de l’ombre avec Ethnophony

Fredy Massamba a sorti son premier album en mars sous le label Skinfama. Ethnophony apporte un vent de fraicheur et comme le printemps, il annonce le début d’une période ensoleillée.

Originaire de l’autre Congo, Fredy Massamba a collaboré pendant plus de dix ans avec une ribambelle d’artistes avant de faire le grand saut. Citons Didier Awadi, Manou Gallo, Zap mama avec qui il a collaboré, entre autres.

Dans Ethnophony, le natif de Pointe-Noire défend le Kikongo, sa langue ancestrale, qui n’existera peut-être plus dans quelques années. Ambitieux projet, certes. Il fallait oser le défi; ce que relève sans pression le chanteur, qui se présente comme un Afropéen.

Grâce à une voix exceptionnelle qui rappelle dans certaines variations, celle d’un autre congolais, cette fois de l’autre Congo (Lokua Kanza), Fredy Massamba navigue entre différents styles. Soul ou R’nb avec les pièces Molo ou Messo, funk avec Toto ou hip-hop avec ethnophonyk.

Les fouineurs s’amuseront à découvrir ici et là des sonorités et des polyphonies africaines (Sanzaphonyk) savamment et subtilement dissimulées dans l’album. «Ce disque, c’est moi, tel que je suis aujourd’hui», confie-t-il à qui veut bien l’entendre.

«Je suis né au Congo, mais ça fait onze ans que je vis en Europe. J’ai appris beaucoup de choses, j’en ai oublié d’autres… Je suis multicolore», lance-t-il à la journaliste Églantine Chabasseur de RFI.

La dernière pièce, Bidilu-Bio, est un véritable coup de cœur. C’est probablement elle qui répondrait le mieux à une définition du terme «ethnophony». Elle permet au chanteur d’utiliser plusieurs registres de sa voix et de faire voyager les curieux dans le sud du Congo.

Au final, un premier album plutôt réussi et qui présage d’un avenir prometteur pour cet artiste qui comme bien d’autres avant lui, s’amuse de leur double culture euro/africaine.

Pour autant, Fredy Massamba n’a pas arrêté les collaborations. Avec Steve Mavoungou et Pluma, ils ont lancé FRESK et un single, Prenons l’Afrique en main. Objectif, «maintenir la conscience des Africains éveillée afin de venir à bout des situations précaires dans lesquelles ils se trouvent».

Sont dans le clip : Marie Daulne(Zap mama), Baloji, Béa Diallo, Pitcho, Gandhi, Lexxus legal, Movaizhaleine, Daara J Family…

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.