Cesaria Evora est morte

La chanteuse capverdienne Cesaria Evora est décédée le 17 décembre à l’hôpital Baptista de Sousa à Mindelo, sur son île natale de Sao Vicente.


Après d’une vingtaine d’albums à son actif, la dame qui chantait toujours pieds nus, a conquis bien des curieux et sceptique tout au long de sa carrière. « Reconnaissable entre mille, elle fait corps avec l’instrumentation », indiquait-on l’an dernier.

Cesaria Evora, la Diva aux Pieds Nus, restera à jamais l’une des plus grandes divas contemporaines, avec notamment ses titres « Sodade », « Petits Pays », « Cabo verde » ou encore « Miss Perfumado ».

La reine de la morna et des coladeras devait revenir pour une neuvième fois à Montréal lors de l’édition 2010 du Festival international de Jazz de Montréal. Opérée à cœur ouvert, elle avait toutefois décliné l’invitation.

Sa maison de disque Lusafrica avait également indiqué que tous les concerts de la Capverdienne étaient annulés. Nha Sentimento, l’un de ses derniers albums marquait pourtant la fin d’une absence de près de trois ans et demi.

Elle devait notamment recevoir le Prix Antonio-Carlos Jobim, attribué chaque année à un artiste qui s’est particulièrement distingué dans le domaine des musiques du monde dont l’influence sur l’évolution du jazz et des métissages culturels est reconnue.

« Après avoir traversé une longue période de vaches maigres dans les années 1970 et au début des années 1980, elle parvient à imposer son talent en Europe, indique-t-on sur le site du Festival. Elle a 47 ans lorsque paraît son premier disque, La diva aux pieds nus, en 1988 »

Pour les partisans, Lusafrica propose en vente les principaux albums de la chanteuse sur son site internet.

Photo courtoisie : Lusafrica

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.