Winnie de Darrell Roodt : la face cachée de « Mama » Mandela

Présenté lors de la soirée d’ouverture de l’édition 2012 du Festival international du Film Black de Montréal, le long métrage Winnie de Darrell Roodt sera diffusé dans les salles de cinéma du Québec dès le 5 octobre.

C’est un portrait bien équilibré que le réalisateur sud-africain trace dans son film Winnie. L’histoire de Winnie Mandela, la femme de Nelson Mandela, est une histoire complexe et Darrell Roodt tenait à partager l’histoire de cette femme sans préjugés.

« Je voulais raconter l’histoire de Winnie. Qui connaît Winnie ? Alors j’ai décidé de faire ce film. Quand vous faites un film sur une personne réelle, c’est toujours sensible. Mais la production et moi-même ont décidé de ne pas avoir recours a Winnie pour le film, pour pas que ce film se transforme en un film pour Winnie, mais plutôt qu’il demeure sur Winnie. »

Darrell Roodt, cinéaste

Rencontré lors de la présentation du film, en ouverture du huitième volet du Festival International du Film Black, Darrell Roodt a expliqué que le long métrage trace un portrait mitigé de cette dame, mère de la nation.

Le cinéaste traite de son histoire d’amour avec l’ancien prédisent sud-africain, ses souffrances suite à l’emprisonnement de son mari, son rôle dans des évènements tragiques (assassinat, tortures de plusieurs activistes contre l’apartheid, qu’elle accusait d’espionnage pour le compte des blancs).

Incarnée par Jennifer Hudson, Winnie Mandela apparaît comme une femme forte, indomptable, incontrôlable, remplie d’amour et prise d’une obsession pour son pays : l’indépendance de son peuple.

Le réalisateur n’a cherché ni à justifier ni à condamner le parcours de « Mama » Mandela.

Hudson, lauréat d’un Oscar et d’un Grammy interprète le rôle avec toute la grâce et la puissance que nous lui connaissant.

Interrogé sur les choix des acteurs, américains et non sud-africains, Darrell a souligné que le choix artistique ne peut-être limite au pays d’origine des acteurs : « Un bon acteur est un bon acteur, il pourrait être Bulgare. Il est naïf que de penser que seuls des Sud-Africains devraient jouer le rôle. »

Le spectateur découvre à travers ce film la face cachée d’une révolution controversée, le coeur derrière les excès de pouvoir et la paranoïa, qui par amour, a conduit à des crimes inhumains.

Il découvre aussi l’aspect humain et commun de ces figures quasiment mythique de notre temps à travers un jeu d’acteur subtil, mais émotif de Hudson et Terrence Howard, dans la peau de Nelson Mandela.

Par Rosa Hamadouche

Pour en savoir plus :

  • La bande annonce de Winnie

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.