Les Rwandais ne se réjouissent pas de la prise de Goma

Les Rwandais qui habitent à proximité de Goma, bombardés par l’armée congolaise ont eux aussi fui. Mais depuis la prise de la ville, Congolais et Rwandais ont recommencé à circuler entre les deux pays.

Syfia International

« La victoire des rebelles du M23 n’est pas celle des Rwandais », déclare un des dirigeants du district de Rubavu, dans la province de l’Ouest, frontalier avec Goma du Nord-Kivu. La bataille qui a amené, mardi à la mi-journée, à la prise et contrôle de Goma, a aussi causé des dégâts au Rwanda.

Contraints à fuir de chez eux, ces villageois s’enregistrent pour recevoir une aide non alimentaire de première nécessité à Mugunga, site de déplacés internes proche de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu. © UNHCR/S.Modola

D’après Mr Hassan Bahame, le maire du district de Rubavu, « deux personnes ont été tuées et une dizaine blessées par des obus lancés du sol congolais dans les localités frontalières avec le Nord Kivu ».

Pour le porte-parole de l’armée rwandaise le général Joseph Nzabamwita, « les FARDC (Forces armées de la RDC) ont délibérément bombardé le Rwanda, en utilisant des obus de mortiers ».

Ces bombardements du 19 novembre ont interrompu les examens d’Etat pour les élèves du secondaire de la ville de Gisenyi, Ouest. Les habitants voisins des frontières, pris de panique, ont vite vidé leurs maisons.

Nombre de ceux qui voulaient aller à Kigali ne l’ont pas pu ; les compagnies de transport ont triplé le coût de voyage.

Dès que les rebelles entrés à Goma ont dit que chacun pouvait vaquer à ses occupations. les nombreux Congolais qui avaient élu domicile sur le territoire rwandais ont vite fait le mouvement inverse pour retrouver leurs biens. Les commerçants rwandais qui ont des magasins à Goma n’hésitent pas à retourner dans la ville. « Nous restons vigilants, on n’ouvre pas pour vendre, mais pour montrer que nous sommes là afin de prévenir des pillages possibles », témoigne un grossiste de Gisenyi tenant un magasin à Katindo.

Les Congolais vivant à Kigali eux hésitent à croire la reprise de la vie dans la capitale du Nord-Kivu. « J’ai demandé à mes proches qui se sont refugiés chez moi de patienter avant de retourner à Goma. Même si la région est contrôlée par des rebelles, on se sait pas encore leur capacité d’administration de la ville », note un habitant du quartier « Camp Zaïre », de Kigali.

Après la conquête de Goma par les rebelles du M23, le gouvernement rwandais appelle à un dialogue politique en RDC. Pour la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, « ce qui s’est passé à Goma montre clairement que l’option militaire pour apporter une solution à cette crise a échoué, et que le dialogue politique est la seule façon de résoudre le conflit en cours ».

Par Albert-Baudoin Twizeyimana

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.