La pirogue, le film de Moussa Touré

Au Sénégal tout le monde connaît quelqu’un qui a tenté la traversée. Homme ou femme, de tous âges, ils seraient 30 000 Africains à avoir tenté de rejoindre les côtes européennes par la mer entre 2005 et 2010. 5000 n’y sont jamais arrivés. C’est ce que raconte La Pirogue, le dernier film du réalisateur sénégalais Moussa Touré.

pirogue_Moussa_Traore3Baye Laye est pêcheur, il connaît bien la mer et les passeurs le courtisent. Ils aimeraient qu’il conduise sa pirogue pleine de clandestins jusqu’à l’Espagne. Il n’en a pas l’envie, mais fini par céder. Ils partent un soir de ciel clair.

Le film vire alors au huis clos. Les hommes sont dans la pirogue, la mer qui les entoure est infinie et menaçante.

Les trente passagers ne se comprennent pas tous. Issus de différentes ethnies (wolof, peul, toucouleurs), ils sont parfois venus de loin pour tenter la traversée, et certains n’ont jamais vu la mer. La tension monte lorsqu’on découvre qu’une femme s’est cachée dans l’embarcation. Le voyage sera plein d’obstacles, de disputes, mais aussi de moments d’apaisement, et de quelques instants de grâce.

pirogue_Moussa_Traore

Moussa Touré filme les visages en gros plan. Les peaux brillent au soleil et transpirent une angoisse mêlée d’espoir. Les personnages ont tous embarqué pour des raisons différentes : pour se soigner, pour devenir musicien, pour nourrir la famille restée au pays…

pirogue_Moussa_Traore2Toujours juste, la caméra capte la colère d’une génération qui se sent abandonnée par des politiciens corrompus ou inactifs. La soif d’Occident voisine celle d’entrer dans l’histoire, petite ou grande, d’y tracer son chemin.

On entend même, dans la bouche d’un jeune garçon, une réponse au discours de Dakar (prononcé par l’ancien président français Nicolas Sarkozy en 2007). Les Africains laisseront leurs traces. Doivent-elles se glisser entre les sillons laissés par les pirogues.

La musique, l’excellente photographie et le jeu des acteurs sont soignés et d’une grande justesse.

Rien n’est jamais sensationnel dans ce film au sujet pourtant dramatique. Premier film de fiction sur ces drames bien réel, La Pirogue a la force et l’authenticité d’un discours important.

Depuis son premier court-métrage en 1987, Moussa Touré a réalisé plusieurs films, notamment Toubab bi, TGV. Son dernier film a été sélectionné au Festival de Cannes 2012 dans la catégorie Un Certain Regard. Il a également a raflé la mise dans la catégorie prix du meilleur film francophone (hors de France) des Prix Lumières, devant les films québécois Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau et Laurence Anyways de Xavier Dolan.

Le film La pirogue sera projeté le 4 février, à 19h, au cinéma Excentris, en présence de Moussa Touré, dans le cadre du Mois de l’Histoire des Noirs. Le film prendra ensuite l’affiche dès le 8 février au Québec.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.