Festival de jazz: Betty Bonifassi, reine du Club Soda

L’artiste montréalaise Betty Bonifassi s’est produite le 8 juillet 2016, au Club Soda, dans le cadre de la 37e édition du Festival international de jazz de Montréal. Touki Montréal y était.

C’est une salle comble et conquise qui a accueilli Betty Bonifassi. Cette habituée du Club Soda était ici chez elle. C’était déjà le cas en février dernier, dans le cadre de Montréal en lumière.

Durant le concert, la chanteuse accompagnée de ses musiciens et de ses nombreuses choristes a fait découvrir les titres de son dernier album Lomax. Ce dernier opus est un hommage poignant et réussi à l’œuvre d’Alan Lomax, son projet se voulant être une relecture contemporaine des chants d’esclaves. Pari gagné!

La voix puissante de la jeune femme qui rappelle sur certaines notes celle d’Amy Winehouse a parfaitement transmis toute l’émotion qui – on se doute –accompagne la profondeur de telles œuvres.

Tour à tour, les différents titres ont plongé l’auditoire dans l’une des périodes les plus sombres de l’histoire américaine.

Le talent de l’artiste a atteint son paroxysme lorsqu’elle a interprété Black Betty.

Rappelez-vous, ce même titre qui fut interprété par le groupe américain Ram Jam en 1977. Betty Bonifassi a d’ailleurs rappelé à ses fans l’histoire de cet opus dont beaucoup ignoraient l’origine.

Entre chaque chanson, la Niçoise d’origine a donc donné un vrai cours d’histoire. Autre point important, l’humour, la fraîcheur et la sincérité de Betty. Un problème technique, un raté dans l’intro d’un titre peu importe. Elle partage tout. Ce qui la rend encore plus proche de son public et attachante.

D’ailleurs, à la fin du concert, Betty Bonifassi n’avait vraiment pas envie de quitter la scène. Organisation du festival oblige, c’est avec un pincement au cœur que la chanteuse et son public se sont dit au revoir.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.