Harry Belafonte ouvre une faste édition du Festival du Film Black de Montréal

C’est avec un engouement sans précèdent que le Festival international du Film Black de Montréal a ouvert sa huitième édition, en présence notamment du célèbre chanteur Harry Belafonte et de Darrell Roodt, le réalisateur du film d’ouverture, Winnie.

Fabienne Colas et Sonia Benezra

Invites, média et public étaient présents en grand nombre au Cinéma Imperial de Montréal ce mercredi 19 septembre pour le lancement du FIFBM.

D’entrée, la porte-parole du festival, Sonia Benezra, a tenu un discours de rassemblement et d’unité. « C’est très important de souligner que cette édition vise à raconter les histoires humaines », a-t-elle dit.

L’animatrice (de télévision et de radio, en nomination notamment pour deux prix Gémaux cet automne pour son show télé sur Musimax Bénézra reçoit) a souligné que « souvent quand on pense aux films Black on associe ça avec la violence, la prison, la pauvreté. Oui, nous couvrons ces thèmes dans les films, mais il y a beaucoup plus ».

« L’expérience noire ethnique et culturelle n’est plus pareille, a-t-elle dit. il y a beaucoup d’histoire de courage, de réussite, d’espoir, parmi le désespoir (…) On devrait en faire plus, pour qu’un jour on n’est plus besoin d’avoir un festival Black, un festival espagnol… Juste des films qui mérite de se faire voir. »

Le premier lauréat du Grand Prix Humanitaire, édition 2012, a été décerné à l’invité d’honneur de ce festival, Harry Belafonte, auteur de chansons et balades qui ont fait le tour du monde comme Mathilda, Day-o, Calypso, etc.

Au cours de la conférence de presse qui précédait la soirée d’ouverture, M. Belafonte a indiqué qu’il n’est « pas un artiste qui est devenu un activiste, mais bien un activiste qui devenu une vedette ».

« Les artistes sont les gardiens de la vérité »

Présent à l’ouverture sur le tapis rouge pour la réception de son prix, aux côtés de sa femme, le crooner de 85 ans n’a pas manqué l’occasion de s’expliquer, au micro de Touki Montréal, sur l’importance que les artistes jouent dans l’engagement politique et social. Selon Harry Belafonte, les artistes sont les gardiens de la vérité.

« Les artistes ont le pouvoir d’inspirer les gens, et s’ils ont un contenu social ou politique dans leurs arts, ils pourront inspirer les gens afin qu’ils se comprennent mieux, qu’ils recherchent un idéal de vie plus harmonieuse, a souligné celui qui a joué dans plusieurs films et série télévision. Ils pourront les inspirer à rechercher la vérité et la paix. Les artistes doivent devenir plus engager, et de s’utiliser pour ces causes. »

Rosa_Touki_Montreal

Outre la remise de ce prix spécial, le film Winnie du réalisateur Darrell Roodt a également été présenté. Le film, qui met en vedette Jennifer Hudson (récipiendaire d’un Oscar et d’un Grammy) et Terrence Howard (sélectionné aux Oscars) est une coproduction canadienne (Equinoxe Films).

Le festival continuera encore pour près de 10 jours avec plus de 100 films, documentaires, courts métrages et animation au cinéma du Parc et ce, jusqu’au 30 septembre 2012.

Par Rosa Hamadouche

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.