Butembo : les habitants se tournent vers l’énergie solaire

La population de Butembo, important centre économique du Nord-Kivu, recourt de plus en plus à l’énergie solaire au lieu des groupes électrogènes. Cette source d’énergie non polluante permet aux ménages d’être autonomes et de faire des économies.

Syfia International

La nuit Butembo brille désormais de mille feux. Partout des ampoules éclairent les habitations en même temps que des centaines de projecteurs scintillent dans les principales artères de la ville. Cette importante ville commerciale du Nord-Kivu n’est pourtant connectée à aucun réseau électrique officiel.

Les habitants se débrouillent comme ils peuvent pour accéder à l’électricité. “Avant c’était des groupes électrogènes achetés par l’association des consommateurs qui éclairaient la ville, mais depuis un peu plus de deux ans, tout le monde vire vers l’énergie solaire”, affirme John Tchipenda, électricien spécialiste des énergies renouvelables.

Dans les quartiers, en effet, des panneaux solaires accrochés aux toitures des maisons sont visibles. “Lorsque les moteurs diesel importés de Chine avaient du succès, des bandits coupaient souvent la ligne principale d’alimentation, plongeant des quartiers entiers dans le noir. Ce qui leur permettait de mieux opérer… Tout cela a fait réfléchir les citoyens”, explique Mustari vangi Sivavi qui, comme beaucoup d’autres habitants, s’est mis au solaire.

Gestion responsable

Chacun voulant rester autonome, les moteurs n’ont plus la même clientèle. Robert Shayighanza, un autre électricien, qui s’est spécialisé dans le solaire, affirme que ce n’est pas difficile de satisfaire la demande : “Les commerçants étant les mêmes, ils importent donc les panneaux solaires et les batteries qui vont avec selon les commandes”. Et pour éviter de se les faire voler, les habitants y installent un dispositif d’alarme qui décourage les voleurs.

Butembo-Flickr“L’avantage du solaire est que son utilisation s’accompagne d’une une gestion responsable. On ne gaspille plus l’électricité, on l’économise”, insiste John Tchipenda.

En effet, conscient que cette énergie s’épuise si on la consomme sans parcimonie, les utilisateurs sont plus sobres.

“Les enfants savent désormais qu’il ne faut pas laisser les lampes allumées quand on quitte sa chambre, éteindre tous les appareils électriques du salon avant de sortir…, témoigne Kakiranyia Jean de Dieu, un parent qui a viré au solaire depuis deux ans. C’est une bonne éducation”.

L’autre avantage qui fait le succès du solaire, c’est son autonomie. Les utilisateurs ne dépendent que d’eux-mêmes sans attendre qu’un quelconque électricien décide à leur place.

“Une fois le dispositif installé, vous savez qu’il vous appartient et vous en jouissez comme bon vous semble alors qu’avec les groupes électrogènes, argumente Mutsuva Silvestre un habitant de Butembo qui vente les atouts de l’énergie solaire. On comptait les heures de lumière : de 18 heures à 22 h, pour une grosse facture à la fin du mois. Parfois même, les électriciens s’amusaient à envoyer ou à couper l’énergie comme bon leur semblait…”

Moins polluant

Au service urbain de l’environnement, on se félicite de ce virage vers les énergies renouvelables et non polluantes. Karungu Mahamba, chef de ce service en commune Kimemi est même persuadé que “d’ici dix ans, toute la ville devra utiliser uniquement du solaire”.

Selon leurs statistiques, plus de 5 000 ménages les utilisent déjà mais uniquement pour la lumière et la télévision. “Pour avoir suffisamment d’électricité pour les appareils électroménagers par exemple, il faut aller au-delà de 1 500 $, voire 3 000 $ d’investissement. Dans tous les cas c’est plus économique que de payer chaque mois pour du gasoil et pour quelques heures d’électricité”, explique Robert Shayighanza.

Les experts du domaine sont toute fois clairs : un panneau solaire ne vit pas éternellement. “Il est vrai que c’est un bon courant électrique mais si l’appareillage est mal géré, la batterie peut très vite s’abime, complète John Tchipenda. Il faudra vite en racheter d’autre. C’est pour cela que nous ajoutons chez nos clients une séance d’éducation sur la gestion responsable”.

Les marchands des panneaux solaires sont aussi devenus si nombreux que certains en amènent des contrefaits qui ne durent pas. Les spécialistes conseillent de ne pas acheter sans leur recommandation.

Par Kennedy Wema

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.