La comédie musicale The Lion King à la Place des Arts jusqu’au 7 septembre 2014

0

Trois ans après un premier passage mémorable à Montréal, la troupe de la comédie musicale la plus jouée dans le monde, The Lion King (1998 Tony Awards® Best Musical), pose à nouveau ses valises à la Place des Arts dans la prestigieuse salle Wilfrid-Pelletier, du 19 août jusqu’au 7 septembre 2014, en version originale sous-titrée en français.

Lion-King-2014-02Ce jeudi 21 août, tandis que la Place des Spectacles accueillent les stands et tentes des participants du Festival de Mode et Design, le parterre et la corbeille de la salle Wilfrid-Pelletier se remplissent au goutte à goutte pour la première médiatique du musical The Lion King.

Un brouhaha amical et enjoué se mêle à l’atmosphère bon enfant qui plane agréablement dans les corridors menant aux différents niveaux.

À 19h30 pétantes, la voix de Tshidi Manye, interprète du personnage emblématique Rafiki, résonne, annonçant le début d’un spectacle grandiose d’une durée d’environ deux heures et vingt avec une intermission d’un quart d’heure.

Lion-King-2014-01Malheureux auront été les retardataires qui ont manqué l’interprétation de la célèbre chanson d’introduction Circle of life avec Nants’Ingonyama, présentant l’ensemble de la troupe de danseurs parés des costumes d’animaux (éléphants, zèbres, gazelles, etc.) accompagné par le chef d’orchestre Rick Snyder et ses musiciens.

Mention spéciale aux girafes sur échasses (réalisées par Gabriel Croom), dont l’apparition toute en élégance et en gracieuseté a véritablement permis d’entrer dans l’univers de Julie Taymor, directrice du spectacle, scénographe et conceptrice des costumes.

Parmi les rôles principaux, l’on retrouve L. Steven Taylor dans le rôle de Mufasa, le magnétique Patrick R. Brown dans le rôle du méchant Scar, Jelani Remy dans le rôle du Simba adulte et Nia Holloway dans le rôle Nala adulte.

The Lion King mérite la pléthore de récompenses qu’ils ont amassées depuis 1997, année du lancement de la comédie musicale : enchaîner les superlatifs ne serait pas suffisant pour décrire la beauté des décors et notamment le travail effectué sur les nombreux panneaux rendant fluide les changements de décor et les jeux entre arrière-plan et premier plan, la polyvalence des éclairages permettant d’exploiter au maximum toutes les gammes d’ombres et de texturer les atmosphères, le virtuose des équipes responsables des costumes et des chorégraphies qui ensemble, ont mené l’imaginaire du public dans des contrées bien trop rarement foulées.

Roi_LionÀ l’image des shows spectaculaires joués à Broadway où l’on ne sait plus où poser le regard et où tourner de la tête, The Lion King nous fait ainsi redécouvrir cette fable actuelle aujourd’hui mondiale, mais dont les racines et les inspirations africaines se font encore (res)sentir et voir.

Notamment à travers la trame sonore de Lebo M (en collaboration avec Hans Zimmer) et les percussions réalisées de main de maître par Stefan Monssen et Reuven Weizberg, situés tous deux aux extrémités de la scène.

Après Montréal, la troupe en tournée nord-américaine repart aux États-Unis pour des dates à Boston, à Colombus puis à Milwaukee. Pour les représentations montréalaises, les billets (entre 48,50 $ et 160 $) sont disponibles aux guichets de la Place des Arts ou sur le site evenko.ca.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.