Miss Afrique Montréal: numéro un inconstestable

Engagé dans la promotion de la culture africaine et leader incontestable du genre à Montréal et dans la province, Miss Afrique Montréal (MAM) fêtera le 7 février prochain son cinquième anniversaire au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Pour l’occasion, Touki Montréal s’est entretenu avec le président et fondateur de l’évènement, Mohamed -Moh- Coulibaly.

MAM2013-Aminata-Wurie-02
MAM 2013, Aminata Wurie, et Moh Coulibaly

Vous soulignez cette année votre cinquième anniversaire. Comment avez-vous préparé cette édition spéciale ?

Pour le cinquième anniversaire, la synergie entre les différents comités de l’organisation s’est accentuée, tous les membres du staff touchent un peu à tous les domaines reliés à l’évènement. Tout le monde se sent interpellé.

MAM 2012Cette 5e édition nous renvoie à la fois à la première, mais nous projette aussi dans le futur par une certaine prise de conscience.

Les candidates de cette année savent quel est l’enjeu et ont conscience du rôle qu’elles vont devoir jouer au sein de l’Afrique de demain.

Donc, elles se préparent non seulement pour le spectacle historique oèu elles vont devoir représenter les cinq éditions en une seule, mais aussi pour les responsabilités qu’elles auront dans 5 à 10 ans au sein de notre société.

Nous travaillons fort, à travers des meetings, des répétitions, des essais suivis de corrections afin de produire une édition révolutionnaire aux yeux du public et des partenaires en gardant l’objectif de vue, mais aussi en passant de bons moments. Tout avance très bien.

Gabriela Clesca Vallejo_Umfazi 2011
Gabriela Clesca Vallejo, première Miss Afrique Montréal (2011)

Cette année, ce sera à la Place des Arts après Marie-Gérin La joie, le Centre Pierre Peladeau, l’Olympia de Montréal et la Tohu. Combien de personnes attendez-vous ?

La capacité est pas mal similaire à celle de l’Olympia et de la Tohu donc un peu plus d’un millier de personnes. Ce qui fait la différence, c’est le symbolisme du cadre.

La Place des Arts, au quartier des spectacles, est le cœur de la ville de Montréal. Ce lieu clôture bien ce quinquennat et est une suite logique pour un spectacle culturel comme Miss Afrique Montréal.

Financièrement, comment se porte MAM ?

Nous sommes correctes financièrement. Nous arrivons à grossir puis nous développer à notre rythme, même si nous pourrions à ce stade être dans une marge plus large si on fait le rapport coût et recettes.

Nous ne recevons pas de subventions ni de dons conséquents sur Montréal en tant que tel. Par contre certains partenariats et sponsoring ont quand même un gros rôle à jouer. Nous recevons de temps en temps de l’aide plutôt de nos familles et amis qui sont en Afrique.

Miss Afrique 2012 -  Salematou Sakho
Salématou Sakho, MAM 2012

Avec le recul, seriez-vous prêts à dire que le gala reste toujours un bel hommage à la femme africaine

Je dirai que le gala est plus que jamais une ode à la femme africaine.

Cette édition en est la preuve étant donné que nous avons même diminué de peu le nombre d’artistes « hors miss » afin de sélectionner 18 finalistes au lieu de 12 lors de l’édition précédente, pour que celles-ci puissent s’affirmer au maximum sur scène en exposant leurs cultures respectives.

Elles ont toutes des personnalités et des visions différentes ce qui rend le groupe assez hétérogène et intéressant à suivre.

MAM 2014
Ary Sidibé, MAM 2014

Qu’est-ce qui a changé depuis vos débuts en 2010

Depuis 2010, nous sommes de plus en plus confiants, nous avons accru notre expérience ce qui nous permet de mieux conseiller et encadrer les candidates et avons amélioré plusieurs aspects de l’aventure et du spectacle.

Les activités sont de mieux en mieux ficelées autour des différents thèmes, le gala se perfectionne au niveau de la logistique et de la technique.

Le marketing et l’image se développe à travers de nouveaux concepts d’année en année (cf les émissions « Panoramam », « L’invité de la semaine », les « zoom sur », « mamcam » etc…puis nous anticipons mieux les risques et faisons face aux différents défis de manière plus sereine.

Vous êtes incontestablement les numéros 1 dans ce que vous faites. Quel est votre secret ?

(Sourires) Merci ça fait plaisir de voir que notre travail est apprécié. En ce qui est du secret, je dirai que c’est de faire ce qu’on fait pour les bonnes raisons.

Nous aimons l’événementiel, nous aimons innover, nous aimons les défis et nous sentons bien dans cette ville multiculturelle même si nos racines sont au dessus de tout.

Les Coordonnateurs Mohamed Moh Coulibaly & Doro Saiz en compagnie de Miss Afrique Mtl 2013 Aminata Awuri - Photo Marc Laurin
Doro Saiz et Moh Coulibaly avec MAM 2013

Nous sommes entourés de personnes qui partagent la même passion et nous voulons vivre de cette passion.

Il faut se poser les bonnes questions avant de lancer un projet, peu importe la nature de celui-ci, et le mener à bien avec le cœur malgré les différents obstacles qui se dresseront sur votre chemin.

Si vous ne croyez pas en votre projet, personne n’y croira à votre place.

Le thème de cette 5e aventure est « direction le futur! ». Que peut-on vous souhaiter pour les dix prochaines années ?

Souhaitez-nous encore plus d’énergie, plus d’idées innovatrices, une solidarité perpétuelle et de plus en plus de soutien, financier ou moral afin que l’on puisse amener le projet là ou il mérite d’être dans quelques années.

Pour en savoir plus :

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.