Black Out: Hommage à une jeunesse noire et militante

La troupe de Théâtre Tableau d’Hôte présente pour la toute première fois à Montréal, la pièce-témoignage Black Out, une proposition jouée principalement en anglais qui retrace de sinistres événements sociaux qui ont bousculé l’histoire de l’Université Sir George Williams, connue aujourd’hui sous le nom de l’Université Concordia. 

Cette histoire aurait pu se dérouler en 2019, l’année dernière ou encore dans un futur proche; du moins c’est l’introduction donnée lors des premiers mots engagés sur les planches du Théatre D. B. Clarke, de l’Université Concordia.

Black Out ne se veut pas une pièce documentaire, relatant des faits proprement historiques. Cette composition rend un véritable hommage aux protagonistes de ce mouvement qui s’est soulevé en 1969, né dans les salles de classe de l’établissement.

Au cœur de ces revendications, sept étudiants, Noirs, d’origines diverses, animés par la soif de réussir leur scolarité et ainsi rendre fières leurs familles respectives. En plus de devoir surmonter les obstacles quotidiens qu’ils éprouvent pour mener une vie “normale” ou “égale” aux autres citoyens canadiens qu’ils côtoient, précisément caucasiens. Un certain professeur de biologie, Monsieur Anderson, ne leur facilite pas l’exercice…

Des écarts se creusent entre eux et d’autres étudiants, les notes semblent étrangement basses comparativement à leurs camarades de classe, une dissociation se crée et la considération de ces élèves s’évapore. 

“Est-ce à cause de notre couleur de peau?” se questionnent les étudiants, effarés par la situation.

Comment dans une si prestigieuse université, au plein cœur du Canada, pays connu pour sa nature ouverte sur le monde et accueillante, peut traiter ses élèves de la sorte?

De plus, ces derniers paient des frais bien plus élevés que leurs comparses et doivent fournir trois fois plus d’effort pour espérer atteindre les mêmes résultats. 

L’injustice à laquelle ils font face nourrit en eux cette envie de poursuivre l’équité. En tant que droit légitime, ils interrogent la haute direction sur ces phénomènes de distinction dont ils se proclament victimes, du racisme.

L’administration se refuse à croire ces jeunes qui n’ont pas de preuve tangible sur les faits qu’ils avancent. Malgré les mauvaises notes, les témoignages, les citations de leur professeur, le fait qu’ils ne soient même pas nommés par leurs propres noms, tous ces incidents ne valent rien.

Par pur souci d’intégrité, et en réponse à ce silence, ce manque de droit,  ils décident de se faire entendre et s’organisent pacifiquement…

Voilà les raisons qui poussent ces étudiants, soutenus par d’autres collègues noirs et blancs, à occuper la salle informatique du neuvième étage de l’université. Un lieu stratégiquement choisi pour éviter de provoquer des dégâts matériels en cas de tentative de délogement.

“Nous savions que nous serions protégés par les machines… Elles sont précieuses et coûtent cher à l’établissement. Alors nous n’avions pas d’inquiétude à avoir, car nous serions protégés par elles…”

Cependant, les revendications tournent mal, le message n’est pas entendu. Il est étouffé.

Une centaine de personnes se font arrêter par la police, après deux semaines d’occupation. Un étrange incendie s’embrase même dans la salle, ce qui manque de tuer ces jeunes par asphyxie. Un mort est même annoncé, une manifestante succombe à un projectile reçu sur la tête.

L’incompréhension est totale, dans tous les camps. Les médias s’engouffrent dans des débats stériles qui condamnent ces mouvements et les teintent de qualificatifs négativistes.

Quelques mois après les faits, afin de se racheter une image, l’Université Sir George Williams s’associe avec le Collège Loyola pour devenir une entité, l’Université Concordia.

Pour concorder le tout, elle nomme son Théâtre D. B. Clarke, en clin d’œil au Président de l’établissement au moment des faits. Ironique non ?

L’oeuvre Black Out redonne la vie, des voix et des visages à ces jeunes, noirs et militants malgré eux. Avec une mise en scène qui rappelle l’importance des racines africaines, de la spiritualité et la force créative des opprimés.

La quête d’une justice sociale, peu importe les peuples, se traduit souvent par des actions qui poussent à la violence pour se faire entendre ou comprendre. Surtout lorsque l’interlocuteur joue le sourd, l’ignorant, valsant sur sa légitimité de libre-pensée.

Cet hommage renferme un caractère universel et intemporel. Une présentation qui pourrait se jouer dans plusieurs salles du monde, témoignant que le racisme existe même au Canada…

A souligner l’excellent jeu de certains comédiens qui interprètent distinctement les rôles de plusieurs personnages.

Photos: Jaclyn Turner/Tableau D’Hôte.

Black Out 
Du 30 Janvier au 10 Février 2019
Théâtre D. B. Clarke, Université Concordia
1455 Maisonneuve Ouest Montréal QC


Distribution : Lucinda Davis, Kym Dominique Ferguson, Briauna James, Gita Miller, Michelle Rambharose, Sophie-Thérèse Stone-Richards, Shauna Thompson, Dakota Jamal Wellmen Maryline Chery, Marie Hall, Justin Johnson, Jahlani Knorren
Metteur en scène : Mathieu Murphy-Perron
Assistantes à la mise en scène : Tamara Brown, Shanti Gonzales
Chorégraphe : Rodney Diverlus
Régie : Kate Hagemeyer
Conceptrice d’éclairage : Audrey-Anne Bouchard
Concepteurs sonore : Rob Denton, Elena Stoodley
Scénographe : Sophie El-Assaad
Conceptrice de costumes : Noémi Poulin
Conceptrice numérique : Jaclyn Turner
Conceptrice des maquillages : Pamela Warden
Équipe de rédaction : Tamara Brown, Kym Dominique Ferguson, Lydie Dubuison, Mathieu Murphy-Perron

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.