Rentrée d’automne: on a envie de lire ces livres

Avec la rentrée littéraire qui déboule, c’est le temps d’arpenter les librairies et de garnir les étagères des bibliothèques. Pour savoir quoi chercher, voici quelques suggestions.

Rhapsodie des oubliés, Sofia Aouine, chez La Martinière.

Sofia Aouine est reporter radio. Née en 1978, Rhapsodie des oubliés est son premier roman.

Résumé: ” Abad, treize ans, vit dans le quartier de Barbès, la Goutte d’Or, Paris XVIIIe. C’est l’âge des possibles : la sève coule, le cœur est plein de ronces, l’amour et le sexe torturent la tête. Pour arracher ses désirs au destin, Abad devra briser les règles. À la manière d’un Antoine Doinel, qui veut réaliser ses 400 coups à lui.”

Avec La mer à l’envers, Marie Darrieussecq, chez POL.

Marie Darrieussecq est écrivain et psychanalyste. Elle est née le 3 janvier 1969 au Pays Basque, En 2013, elle a obtenu le prix Médicis pour son roman Il faut beaucoup aimer les hommes.

Résumé: “Rien ne destinait Rose, parisienne qui prépare son déménagement pour le pays Basque, à rencontrer Younès qui a fui le Niger pour tenter de gagner l’Angleterre. Tout part d’une croisière un peu absurde en Méditerranée. Rose et ses deux enfants, Emma et Gabriel, profitent du voyage qu’on leur a offert. Une nuit, entre l’Italie et la Libye, le bateau d’agrément croise la route d’une embarcation de fortune qui appelle à l’aide. Une centaine de migrants qui manquent de se noyer et que le bateau de croisière recueille en attendant les garde-côtes italiens.”

Rouge impératrice, Léonora Miano, chez Grasset.

Léonora Miano a gagné le prix Femina en 2013 avec son roman La Saison de l’ombre. Elle est née le 12 mars 1973, au Cameroun.

Résumé: ” Le lieu  : Katiopa, un continent africain prospère et autarcique, presque entièrement unifié, comme de futurs Etats-Unis d’Afrique, où les Sinistrés de la vieille Europe sont venus trouver refuge. L’époque  : un peu plus d’un siècle après le nôtre. Tout commence par une histoire d’amour entre Boya, qui enseigne à l’université, et Illunga, le chef de l’Etat. Une histoire interdite, contre-nature, et qui menace de devenir une affaire d’Etat. “

Le ciel par-dessus la tête, Nathacha Appanah, chez Gallimard.

Nathacha Appanah est une journaliste et romancière mauricienne qui vit en France. Elle est née le 24 mai 1973 à Mahébourg et a gagné en 2016, le prix Femina des lycéens pour son roman Tropique de la violence.

Résumé: «Sa mère et sa sœur savent que Loup dort en prison, même si le mot juste c’est maison d’arrêt mais qu’est-ce que ça peut faire les mots justes quand il y a des barreaux aux fenêtres, une porte en métal avec œilleton et toutes ces choses qui ne se trouvent qu’entre les murs.
Elles imaginent ce que c’est que de dormir en taule à dix-sept ans mais personne, vraiment, ne peut imaginer les soirs dans ces endroits-là.» 

Les petits de Décembre, Kaouther Adimi, chez Seuil.

Kaouther Adimi a gagné le prix Renaudot des lycéens avec son roman Nos richesses, paru au Seuil en 2017. Elle est née en 1986 à Alger et vit désormais à Paris.

Résumé: “C’est un terrain vague, au milieu d’un lotissement de maisons pour l’essentiel réservées à des militaires. Au fil des ans, les enfants du quartier en ont fait leur fief. Ils y jouent au football, la tête pleine de leurs rêves de gloire. Nous sommes en 2016, à Dely Brahim, une petite commune de l’ouest d’Alger, dans la cité dite du 11-Décembre. La vie est harmonieuse, malgré les jours de pluie qui transforment le terrain en surface boueuse, à peine praticable. Mais tout se dérègle quand deux généraux débarquent un matin, plans de construction à la main. Ils veulent venir s’installer là, dans de belles villas déjà dessinées.

Autres choix:

  • Les veilleurs de Sangomas de Fatou Diome, Albin Michel.
  • Tous tes enfants dispersés de Beata Umubyeyi Mairesse,  Autrement.
  • Pourquoi tu danses quand tu marches d’ Abdourahman Waberi, JC Lattes.
  • Un monstre et un chaos de Hubert Haddad, Zulma.
  • Un soleil en exil de Jean-François Samlong, Gallimard.
  • Mur Méditerranée de Louis-Philippe Dalembert, Sabine Wespieser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.