Zab Maboungou, Prix du Gouverneur général

La danseuse, chorégraphe, interprète, formatrice, philosophe et écrivaine Zab Maboungou vient de recevoir la plus haute distinction dans le domaine des arts du spectacle au Canada: le prix du gouverneur général.

«C’est un grand honneur que de recevoir pour moi ce Prix du Gouverneur général. Je le reçois avec beaucoup de joie et de respect», a-t-elle confié.

Zab, comme elle se fait appeler, est la directrice artistique de la compagnie de danse contemporaine montréalaise Zab Maboungou / Compagnie Danse Nyata Nyata, qu’elle a fondée.

«Pionnière de la danse au Canada, elle est connue pour ses œuvres dynamiques et d’une grande intensité physique qui explorent la capacité du mouvement à exprimer ce qu’elle appelle «notre situation au monde», a fait savoir la Fondation des Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle.

Lancés en 1992, ces prix prestigieux sont remis chaque année à des Canadiens dont les réalisations ont inspiré et enrichi la vie culturelle de notre pays.

C’est le 24 avril, au Centre national des Arts à Ottawa que Zab Maboungou et les autres lauréats seront honorés. C’est le cas Catherine O’Hara, Florent Vollant, Lynda Hamilton, Tantoo Cardinal, Alexina Louie ou encore Marie-Eve Huot.

Née en France, la lauréate a grandi au Congo. Dès son enfance, elle s’est intéressée à la danse, entre autres grâce au contact avec des groupes de danse et de musique traditionnelles.

On lui doit plus d’une vingtaine d’œuvres chorégraphiques, ainsi qu’une technique, appelée LOKETO, qui intègre en une approche contemporaine des éléments de danses et musiques traditionnelles d’Afrique centrale.

«Je reçois ce prix avec le sentiment de m’inscrire au cœur d’une histoire canadienne des arts et de la culture, une histoire d’espoir et des résiliences des gens de ce pays. Pour tout cela, merci infiniment», a ajouté Zab Maboungou, qui l’an dernier a été admise l’an dernier à l’Ordre des arts et lettre du Québec comme compagne.

Elle est l’auteure du livre Heya ! Poétique, historique et didactique de la danse africaine, paru en 2005.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.