“Illumi”: Immersion magique et envoutante dans un décor féérique

Fort d’un succès canadien pour sa première édition, le parcours Illumi – Féerie de Lumière revient pour une seconde édition, avec pas moins de 17 tableaux distincts, dont plusieurs nouveautés, et ce, jusqu’au 10 janvier 2021.

Pendant près de 60 minutes, assis confortablement sur son siège de véhicule, le spectacle navigue entre les différents décors constitués d’animaux, d’abres et d’une multitudes de structures lumineuses.

La Forêt désenchantée ouvre le parcours et la célèbre voix épeurante qui le clôt le titre Thriller de Michael Jackson fera assurément frémir les jeunes et peut-être les moins jeunes.

Les 30 000 structures éblouissantes alimentées par quelque 15 millions d’ampoules DEL impressionnent dans la pénombre du site Cavalia à Laval, en bordure de l’autoroute 15, et à deux pas du Centropolis.

Pourtant de sa place, le spectateur en arrive à oublier un instant qu’il est à un jet de pierre du goudron. Les enfants seront comblés par les quelque 1000 citrouilles, illuminées, qui sont juxtaposées non loin d’une énorme araignée qui pour le coup donne envie de lui faire un gros câlin.

Constamment, la musique accompagne le spectateur, mais il y a des chances que ce soit les fantômes qui fascinent plus les enfants ou alors que le surprenant T-Rex du passage jurassique qui semble bien réel.

La Foret magique regorge d’innombrables secrets visuels qu’on dévore en évitant du regard ce cheval blanc qui scrute l’assistance.

Évidemment, le tableau avec les chevaux est subjuguant, mais rien d’étonnant puisque le parcours est organisé par Cavalia, qui s’est fait un nom dans le monde avec ses spectacles équestres.

La projection sur les gouttes d’eau vaut assurément le détour, mais souffrez que nous ne vous en parlions pas plus tout la sublime scène des Pôles à l’infini.

Agencements de couleurs, recours aux miroirs, hauteurs des structures donnent de la perspective. Certains automobilistes déploreront des artefacts par moment kitsch, mais comme les goûts ne se discutent pas, d’autres y trouveront leur compte.

Il y en a pour tous les genres. C’est aussi le cas musicalement avec les chansons de Ghostbuster, des choristes ou de la Reine des neiges. «Il est bien trop fort, J’ai lutté en vain», peut-on entendre en traversant le nouveau tableau Le monde des neiges.

De temps à autre, un panneau de signalisation qu’on aperçoit ici et là furtivement renvoi le public dans la réalité. C’est le cas par exemple, peu avant de plonger dans la fiesta de la Luz, avec ses décors inspirés des Mayas et des Incas d’Amérique latine. Attention, il faudra «subir» les effluves de Churos qui pourraient créer de la discorde dans le public proche (attendu ceux des enfants qui n’auraient pas fait ce choix).

Au final, la soirée passe plutôt vite et on finit par oublier qu’on a dû attendre un peu avant de traverser la ligne d’entrée.

Une expérience piétonnière, comme l’an dernier, avait été prévue par les organisateurs, mais le resserrement des restrictions en raison de la pandémie a eu raison de cette alternative. Il y a des chances que quelques visiteurs soient déçus de ne pas pouvoir contempler de plus proche les structures, mais il ne s’agira sans doute pas de la seule frustration en cette année de pandémie.

Ceux qui ont eu la chance de participer à l’édition de l’an dernier constateront que le site est plus grand, en fait trois fois plus pour un parcours total de trois kilomètres.

Pour rappel, le parcours imaginé par Normand Latourelle a vu passer quelque 500 000 visiteurs enregistrés aux tourniquets en huit semaines seulement, ce qui fait de l’évènement le plus populaire et le plus achalandé du genre au pays.

Les programmateurs ont aussi eu la bonne idée de proposer une touche pensée pour Halloween avec des monstres, des fantômes, des sorcières et des milliers de citrouilles. À l’approche des Fêtes, c’est la magie de Noël qui prendra la place dès le début du mois de novembre.

L’équipe derrière Illumi :

  • Normand Latourelle : Créateur
  • Jocelyn Langelier : Producteur exécutif
  • Alain Gauthier : Direction artistique
  • Hélène Ducasse : Assistante à la création
  • Michel Cusson : Musique originale Les Chevaux Cavalia et Le Jardin des Merveilles
  • Sylvain Gagnon et Gabriel Morissette : Conception sonore
  • Félix Lemire : Réalisation et programmation Tunnel des Couleurs, Arbre de Lumières, Le Jardin des Merveilles
  • Xavier Lavoie : Réalisation Le Boulevard en Folie
  • Jacques Levesque : Conception éclairage La Forêt Enchantée et La Foret désenchantée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.