Des œuvres réalisées par des Afrodescendant.e.s à la Cinémathèque

Tout au long du mois de juin, la Cinémathèque québécoise présentera plusieurs œuvres réalisées par des cinéastes afrodescendant.e.s, dont les succès Shaft, Get Out, Selma ou Rue Cases-nègres.

Organisé en collaboration avec la Fondation Fabienne Colas et le Festival international du film black de Montréal, ce panorama d’œuvres intitulé “Noir.e.s à la caméra” propose aux cinéphiles d’ici “plus de cent ans de cinéma Black”, explique-t-on.

“Du cinéma muet abordant avec acuité la ségrégation, aux films témoignant de la décolonisation ; du cinéma d’animation au documentaire, en passant par les reconstitutions historiques”, a-t-on précisé.

En l’ocurence, le travail de pionniers comme Ousmane Sembene, Djibril Diop Membety, Med Hondo, Idrissa Ouedraogo sera salué tout comme les contributions d’Ava DuVernay, Raoul Peck, Euzhan Palcy et même Spike Lee.

Des jeunes cinéastes et des Québécois seront aussi honorés. Pensons à Dany Laferrière (Comment conquérir l’Amérique en une nuit), mais aussi Miryam Charles (Une forteresse), Will Prosper ou Moussa Djigo (Obamas).

«Le cycle Noir.e.s à la caméra est une rétrospective historique qui met en lumière des films Black importants qui n’ont pas toujours reçu l’éclairage des projecteurs au Québec», a fait savoir par communiqué Fabienne Colas, présidente-Fondatrice de la Fondation Fabienne Colas.

Pour en savoir plus sur NOIR.E.S À LA CAMÉRA

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.