Mon colonel

L’Algérie n’est plus française depuis plus de cinquante ans. Pourtant l’histoire de ces deux pays restera à jamais liée. Le 7 et le 12 avril prochain, TV5 Canada proposera à ses téléspectateurs le film Mon colonel de Laurent Herbiet. Retour dans le ville de Saint-Arnaud, en Algérie française.

Un jeune étudiant de droit débarque en pleine “guerre” d’Algérie dans une petite bourgade. Il intègre l’unité d’un colonel assez autoritaire aux allures parfois mesquines. Au fil des minutes (et des mois dans le film), le lieutenant Guy Rossi se transforme rapidement au gré des rencontres, des balles perdues et des missions souvent dangereuses.

L’étudiant naïf d’hier, parti de la métropole suite à une peine de coeur, devient le bras droit d’un colonel convainquant, interprété avec beaucoup d’aisance par le Belge Olivier Gourmet (Congorama, Mesrine, Coluche).

La recette de cette histoire, c’est que tout en suivant le parcours de l’officier Guy Rossi dans les années de guerre (1957), le téléspectateur est aussi embarqué dans une enquête de police en 1995. Le colonel Raoul Duplan à la retraite est retrouvé mort chez lui. La police et l’armée font leur enquête, et c’est sous forme d’un flash back, qu’on revit les aventures de ce jeune officier.

Inspiré du roman Mon colonel (Actes Sud, 2000) de Francis Zamponi, le film du réalisateur Laurent Herbiet met en vedette une belle brochette d’acteurs. Le belge Olivier Gourmet en colonel qui a dû perdre 27 kilos pour les besoins du film, sa compatriote Cécile de France (L’Auberge espagnole, Soeur sourire), Bruno Solo ou encore le mythique chanteur Charles Aznavour (Ararat, Emmenez-moi) en père de militaire, rongé par les conséquences de la guerre.

D’une durée de 1h51, ce film rappelle que la guerre d’Algérie fut meurtrière comme toutes les guerres, et que les victimes n’avaient pas de protection, furent-elles Françaises, ou plus tard Algériennes.

Produit par Costa Gavras et sa femme, le rôle principal du film était initialement dévolu à Mathieu Kassovitz, comme ce fut déjà le cas dans le film Amen.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.