Nuits d’Afrique : Madjo et son coeur hibou

Après avoir fait chavirer le cœur des gens au Festival de Québec, Madjo a retrouvé à Montréal un peu de son africanité au Cabaret du Mile-End, dans le cadre du 25e anniversaire de Nuits d’Afrique.

« J’ai eu la pression de jouer à Montréal », a lancé Cécile, de son nom d’artiste Madjo, avant de chanter le premier titre en français de son spectacle montréalais, « le nid des 100 soucis ».

Avec assurance, et sans soucis (…), Madjo a rempli haut la main le contrat qu’elle s’était donné en traversant la frontière canadienne après avoir fait le bonheur des Francofolies de La Rochelle ou du festival « Fêtes Escales » de Venitieux.

Pour sa tournée américaine, la Savoyarde était accompagnée de trois musiciens, tous au chœur, à un moment ou une autre du spectacle de près de deux heures.

En réalité, le groupe se déplace toujours sans trop de fioritures : une guitare, de la basse, un peu de synthé, du beatbox et bien évidemment beaucoup de voix.

À Montréal comme ailleurs, Madjo a surtout chanté en anglais. Une Française qui chante en anglais dans le Festival Nuits d’Afrique? « Je claque des doigts », vous dira-t-elle. Tout est possible pour qui sait innover.

D’origine sénégalaise par son grand-père maternel, la chanteuse a probablement hérité ce côté fraternel et accueillant de la Teranga. « Non, mais c’est normal, on ne se connait pas encore », a dit l’artiste au début de la soirée, lorsque l’espace pour la danse n’était pas encore utilisé à bon escient.

« On va se connaître », prédira l’artiste ensuite.

Avant de céder la parole à l’animateur de la soirée, Éric M’boua, qui annonçait une pause, qui les a quelque peu déconcertés, Cécile et ses musiciens ont repris cette ballade de Leadbelly, « Where did you sleeep », pour le bonheur de ses admirateurs

Au bout de quelques griffes de guitare ou de piano à pouce, Madjo a tourné la tête des festivaliers venus nombreux dans la salle du Mile-End, pour découvrir cette voix qui peut naviguer dans plusieurs registres, passant de « cracheur de feu »  à « Mad mind » ou encore à l’enivrante « Trapdoor in a wall », et ses sonorités folk, qui ont sonné le coup de grâce.


 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.