Rebelle, le quatrième long métrage de Kim Nguyen

Dix ans après son premier film, Le Marais, qu’il a scénarisé et réalisé, le cinéaste québécois Kim Nguyen revient avec Rebelle, un film coup-de-poing sur la situation des enfants-soldats dans le monde.

Tourné entièrement en République démocratique du Congo, Rebelle narre l’histoire d’une jeune enfant, Komona, qui se retrouve dans l’engrenage d’un commando d’enfants-soldats.

Hantée par l’assassinat de ces parents, la jeune fille de 14 ans va tenter malgré tout de vivre sa vie et de se faire une place dans un environnement difficile, et c’est le moins qu’on puisse dire.

Aux côtés d’un autre jeune garçon qu’on appelle Magicien (Serge Kanyinda), la petite Komona (Rachel  Mwanza) va devenir l’atout principal du Grand Tigre Royal, chef suprême des rebelles.

Plus qu’un film-choc sur l’univers des enfants-soldats, Rebelle est surtout un voyage dans la vie de cette petite fille. Le film renforce aussi la thèse selon laquelle dans ces conflits (oubliés), les jeunes filles et les femmes sont les premières victimes.

Pour son ton premier rôle au cinéma, Rachel Mwanza est époustouflante. La jeune Congolaise a d’ailleurs remporté l’Ours d’argent de la Meilleure actrice à la Berlinale de 2012 pour son interprétation sans tache d’une enfant qui n’a jamais demandé de grandir avec un Kalachnikov.

Rien ne prédisait pourtant ce succès inattendu. Au départ, Kim Nguyen travaillait sur deux jumeaux, Johnny et Luther Htoo, devenus les figures sacrées d’un groupe de rebelles…en Birmanie.

Les aléas du scénario et de la recherche l’ont ensuite conduit en Afrique.

Indubitablement le choix du Congo, avec ses complexités, ses antagonismes, ses paradoxes, mais bien évidemment ses richesses (mal)exploitées, au premier rang duquel le coltan (qui sert notamment à fabriquer les téléphones intelligents) s’est imposé pour le réalisateur de Truffe et La Cité.

Ce dernier a aussi réussi à ne pas se perdre dans le piège de l’explication à outrance du pourquoi du comment de la situation. Il permet à chacun de se faire une idée et d’en tirer ses conclusions.

« C’est un film à la limite du rêve et de la réalité, c’est un drame en constante mutation, et c’est un film rempli de paradoxes », souligne d’ailleurs le réalisateur.

Pour autant n’eut été la prestation remarquable des acteurs-enfants, le film n’aurait peut-être pas été aussi percutant. Et non seulement Kim Nguyen en est conscient, mais en plus il l’assume.

[audio:http://toukimontreal.com/actualites/wp-content/uploads/2012/04/Nguyen_Rachel_Mwanza.mp3|titles=Nguyen_Rachel_Mwanza]

La performance de Serge Kayinda, ce jeune garçon de 15 ans qui protège l’héroïne, est également à  souligner.

D’autant que grâce à ce personnage, le réalisateur et scénariste réussit avec brio à faire voyager le public dans un autre univers, celui des albinos.

Notons enfin la performance des acteurs québécois Alain Bastien (Commandant-Rebelle), Ralph Prosper (Le Boucher) et Mizinga Mwinga (Grand Tigre Royal).

Quatrième long métrage de Kim Nguyen, le film Rebelle prendra l’affiche au Québec dès le 20 avril. Il a été produit par Marie-Claude Poulin et Pierre Even, de ITEM 7, et coproduit par Kim Nguyen de Shen Studio. Il est distribué au Canada par Metropole Films.

Rebelle a été sélectionné à la Berlinale 2012 (Mention du jury oecuménique) et au Festival de films de Tribeca à New York.

Pour aller plus loin :

  • La bande annonce du film :

Les photos de la première à Montréal

no images were found

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE