Journalistes, vos papiers! de Laurène Lepeytre

Présenté au Festival du Film Black à Montréal, le documentaire Journaliste, vos papiers! a été, réalisé par Laurène Lepeytre, aborde la question du devenir des journalistes en exil.

Journalistes, vos papiersLa plupart du temps lorsqu’on évoque les sans-papiers en Europe, et plus particulièrement en France, c’est pour parler de personnes issues d’une basse classe sociale et dont l’immigration répond à une nécessité essentiellement économique. On oublie bien souvent qu’il s’agit aussi d’individus ayant fui la guerre, les pressions politiques ou encore des répressions liberticides.

Le documentaire Journalistes, vos papiers! retrace le parcours de trois journalistes ayant été obligés de fuir leur pays pour la France.

Soro Solo (Côte d’Ivoire), Tcheita Vital (Haïti), et Ahmed Kaci (Algérie) racontent leur arrivée en France et le chemin tortueux de leur intégration personnelle et professionnelle. Tous n’ont pas réussi à retrouver un emploi dans leur domaine, mais continuent à se sentir journalistes au quotidien.

Les voix entremêlées sont particulièrement intéressantes. Elles nous permettent d’entendre différents échos de la difficulté d’un exil imposé. Le documentaire est porté par des extraits de textes issus du « journal d’un réfugié politique » d’Ahmat Zeidhane Bichara. Cette narration apporte une fluidité au propos et apporte un témoignage d’une dimension plus intime.

Journalistes, vos papiers2

Journalistes, vos papiers! offre de beaux portraits empreints d’humanités et qui viennent contraster avec l’aridité du parcours administratif des nouveaux arrivants.

Il est toujours intéressant de revenir sur l’absurdité de certaines règles imposées par l’Office français de Protection des Réfugiés et des Apatrides et nécessaires à l’obtention du statut de réfugiés. La caméra met à face à face le fragile individu et l’immense machine pour mieux nous faire prendre conscience de l’inhumanité de ce processus.

On peut néanmoins regretter les interludes fictionnels et les effets de montage et de cadrage façon « flous artistiques » qui viennent un peu décrédibiliser le propos.

Ce documentaire ne trahit pas son propos et la générosité des trois journalistes illumine l’écran de bout en bout.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.