De réfugiés à ambassadeurs du reggae sierra-léonais

L’histoire de cette formation musicale aurait pu être portée à l’écran. Un souhait devenu réalité grâce au flair de deux cinéastes américains, Zach Nile et Banker White. C’est d’ailleurs grâce au succès de ce film et de l’histoire d’une rencontre plutôt atypique que le monde entier peut écouter les mélodies d’un groupe qui se compare aux Rolling Stones et qui se décrit en chantant, “Nous sommes des pierres vivantes”.

Réfugié dans un camp en Guinée après le déclenchement de la guerre civile (1990-2002), Reuben M. Komora rencontre d’autres compatriotes musiciens et quelques années plus tard, ensemble, ils lancent une nouvelle marque de fabrique musicale : le Sierra Leone’s Refugee All Stars.  Une ode à la musique de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest, touché par tant d’années d’une guerre civile aussi sanglante que dévastatrice.

Six ans après leur dernière sortie en date, Living Like a Refugee, Sierra Leone’s Refugee All Stars revient cette année avec Rise & Shine. Le groupe y alterne impétueusement reggae et style sierra-léonais. “L’album montre que les musiciens ouest africains ont gagné en finesse et maturité, tout en respectant les racines qui ont fait leur succès.” (Nicolas Roux, Touki Montréal)

Ils seront à Montréal, ce 19 juillet, au Cabaret du Mile End, à partir de 20h30.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.