Du rap ninja sud-africain

De gauche à droite : Ninja, Yo-Landi Vi$$er et DJ Hi-Tek.

Phénomène Internet depuis l’hiver, le trio sud-africain Die Antwoord était de passage le 21 juillet au National à Montréal. Plaisir est un mot trop faible pour décrire la ferveur de la foule lorsqu’ont résonné les premières notes de leur succès Enter the Ninja. Le ton était donné et l’intensité s’est maintenue tout au long du concert.

La formation du Cap est composée des rappeurs Ninja (Waddi Jones) et Yo-Landi Vi$$er. Ceux-ci chantent dans un mélange d’anglais et d’afrikaans sur une musique de DJ Hi-Tek, qui combine hip-hop et électro avec des tonalités raves.

L’énergie brute de Ninja sur scène est d’ailleurs contagieuse. Tatoué de la tête au pied, Ninja gesticule sans cesse et se dénude tout au long du spectacle pour finalement ne porter qu’un boxer à l’effigie d’un album de Pink Floyd. Il profite d’ailleurs de l’occasion pour donner à maintes reprises des coups de hanche suggestifs. Cela caractérise le côté Zef que la formation revendique, un terme utilisé pour décrire la culture blanche redneck d’Afrique du Sud.

L’engouement rapide autour du groupe n’a pas échappé au label Interscope (Eminem, Lady Gaga) qui vient de signer avec eux un contrat pour cinq albums.

L’attitude Zef n’est donc appelée qu’à prendre de l’ampleur.

À notre plus grand plaisir.

– Vincent Allaire

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE