Najat Jellab et son projectionniste au FFM

Le projectionniste de la cinéaste Najat Jellab a été présenté en première mondiale à l’édition 2013 du Festival international des films de Montréal.

Dans un Maroc très croyant, le projectionniste Majid laisse son instrument principal pour aller s’énerver contre deux personnes qui discutent dans son antre. Il ne s’agit pourtant pas d’inconnus.

Le-projectionnisteLa salle de cinéma a été vendue. L’ancien propriétaire a fait faillite. «Le cinéma c’est fini ici», dit-il.

Le propriétaire de son immeuble, lui, réclame les trois mois de loyers impayés. Dans sa tête, tout le mélange. Scènes et images de films (dont Mirage d’Ahmed Bouanani ), réalité lourde.

Au fond du trou, Majid va trouver une « Colombe d’Orient » et son mirage va peut-être se transformer.

Dans son film de 20 minutes, la cinéaste aborde la question de la fermeture des salles de cinéma qui touche le Maroc et particulièrement toute l’Afrique. C’est aussi une façon de rendre hommage au septième art et à ces artisans. Pas ceux qu’on voit sur les tapis rouges, mais au contraire ceux qui sont toujours derrière, comme Majid.

Installée au Canada depuis quelques années, la Marocaine Najat Jellab réalisé plusieurs films au cours de sa carrière. Citons Sour Milk and Honey (2006), Les petits secrets (2009), Her Name Was Rachel (2012) et The Bluff (2012).

Le projectionniste a été sélectionné dans la catégorie Regards sur les cinémas du monde (courts métrages) de la 32e édition du Festival international des films de Montréal.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.