Le Soweto Gospel Choir éblouit la Maison symphonique au Festival de Jazz

0

Au Festival de Jazz, ce 6 juillet, une vingtaine de Sud-Africains ont envahi la scène de la Maison symphonique de Montréal, en plein cœur du quartier des spectacles pour 1 h 35 de pur bonheur.

Soweto Gospel Choir JAZZ 2013 ©Frédérique Ménard-Aubin-2058Ils étaient 21 sur scènes, neuf femmes, 11 hommes, dont deux parfois au djembé, à assurer le spectacle à la veille de la clôture de la 34e édition du Festival international de Jazz de Montréal.

Dans la magnifique salle récemment terminée, la troupe, crée en 2002 et qui a produit jusqu’à maintenant cinq albums, deux DVD et plusieurs prix dans le monde, s’est amusée à Montréal.

Soweto-Gospel-Choir-Asibona

Plus qu’un spectacle de musique, la rencontre avec le Soweto Gospel Choir s’apparentait parfois à une pièce de théâtre et une comédie musicale.

Les hommes tantôt derrière, parfois devant, les femmes vice versa, chaque catégorie se taquinant souvent sur scène. Le poing levé, l’index dans l’air, un pas à droite,  le suivant à gauche et tout le monde chantait.

Soweto Gospel Choir JAZZ 2013 ©Frédérique Ménard-Aubin-2048

Lors d’une des chansons, après le passage des hommes, une femme s’est point sur scène et a dit alors : «Thank you so much boys for tring», insinuant que malgré tous les efforts des hommes, il leur fallait céder la place aux femmes.

Les Sud-africains ont joué beaucoup de morceaux, des compositions personnelles, des reprises sud-africaines, des succès du continent, des reprises internationales et les grands succès de chorale comme AmenAmazing grace, entre autres.

Soul, afropop, pop, chants zulus ou encore Gospel, voilà quelques-uns des styles que les Soweto Gospel Choir ont faits.

Soweto Gospel Choir JAZZ 2013 ©Frédérique Ménard-Aubin-2062La (les) finale(s) du spectacle a sans doute été le moment le plus enivrant avec notamment, la chanson Pata Pata en hommage, à la diva sud-africaine Myriam Makeba, ambassadrice auprès de l’éternel des luttes d’inégalité dans le monde.

Soweto-Gospel-Choir-Pata-Pata

Il a toutefois fallu, inévitablement, entendre la chanson Oh Happy Day  pour que le public se décide à dire au revoir, comme il le fallait, à la troupe.

L’autre moment fort de la soirée a été le morceau dédié au père de la Nation, Nelson Mandela, toujours entre la vie et… le paradis. Il faut dire que le Soweto Gospel Choir est ambassadeur de la Fondation Nelson Mandela.

Dans les autres bons moments, il y a également eu la reprise du titre Angel de Sarah Mclachlan, qui a valu aux voyageurs une première (mini) ovation plus que méritée.

Quelques photos du spectacle

no images were found

Courtoisie : FIJM 2013

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.