Akon, le « party animal »

Samedi 13 août, la file d’admirateurs s’étendait à perte de vue devant l’entrée du Palais des Congrès de Montréal. Plusieurs générations se confondaient dans la foule avec des personnes de tous les âges, notamment des jeunes de moins de 12 ans ! Touki Montréal était aussi de la partie pour le concert d’Akon.

Akon en concert aux États-Unis en mai dernier ; Courtoisie : fromthephotopit, Flickr

C’est vers 22 h 45 que les musiciens du chanteur d’origine sénégalaise se sont installés sur scène pour le début du grand spectacle.

Après une grosse explosion sur les écrans, Akon est apparu sur scène, tout de blanc vêtu, adulé par la salle tout entière. Souriant, séduisant et charismatique, c’est sur la chanson « Locked Up » (de son premier album Trouble en 2004) qu’il ouvre le bal. Gardant un rythme frénétique, il a bombardé ses invités de tubes sur tubes.

Divisé en deux parties distinctes, le concert sonnait tout d’abord Hip-Hop. Toutes les chansons y sont passées : « I wanna love you », « Smack That », « Im so paid » ou encore « Ghetto ». Des hits suivis de hits que tout le monde connaissait et chantait.

Durant la seconde partie, la salle s’est transformée en boîte de nuit géante. « J’ai l’impression que Montréal est prêt à faire le party!», a-t-il crié à plusieurs reprises dans son micro. Ses titres Électro-House résonnaient dans toutes les têtes. Le public dansait sur « Angel », « Party Animal », « Right Now » et « So Beautiful », parmi tant d’autres.

Après un intermède sur la chanson « Rise Up » de Bob Sinclar, Akon est réapparu sur scène à l’intérieur d’un gros ballon transparent. Il a roulé jusqu’au public et s’est laissé soulever par ses convives. Un moment de proximité avec la vedette qui a excité et survolté toute l’assemblée. Libéré de sa prison de plastique, il a continué de s’offrir des bains de foule, porté au bout des bras de ses admirateurs.

Torse nu, arrosé d’eau et luisant, c’est sur le succès planétaire « Sexy Chick » (en featuring avec David Getta) que le nouveau roi du dancefloor a clôturé son spectacle. « J’espère vous revoir en novembre Montréal », a-t-il ajouté en quittant la scène.

Révélés sur le site Hitlab.com, Viva (Urkraine), Mary N’Diaye (Suède), Xavier (Canada), Issa (Sénégal, É-U), Pamela (Canada) et Aadesh Shrivastava (Inde), ont ouvert le concert au début de la soirée. Quelques fausses notes ont fait grincer les oreilles de l’auditoire.

Seule Mary N’Diaye (grandi en Suède de parents sénégalo-gambiens) a su prendre sa place sur scène avec une performance très Rock, dotée d’une belle énergie. Le public restait encourageant, en applaudissant les bébés de leur vedette à chaque fin de prestation.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.